Pendant ses études à l’École Telfer, Jonathan a présidé CASCO et participé activement aux activités étudiantes. Après avoir obtenu un baccalauréat en commerce avec spécialisation en marketing, il a passé les sept dernières années à étudier et à travailler en Australie, aux Pays?Bas et en Belgique. Juste avant de passer au secteur sans but lucratif, il était gestionnaire des projets de TI au sein de l’entreprise Doosan Inc., à Bruxelles, en Belgique, poste qu’il a occupé jusqu’à la fin de 2010.

Un entretien avec Tom Affleck, président de SchoolBOX Inc., à la fin de 2009 allait changer le cours de sa carrière. Jonathan se rappelle cette occasion : « J’ai discuté avec Tom pendant environ une heure et il m’a raconté l’histoire d’une fillette qu’il avait rencontrée par hasard dans le nord du Nicaragua. Lorsqu’il lui a remis un crayon et un carnet de notes, le visage de son père, qui l’accompagnait, s’est illuminé d’un sourire radieux. Grâce à ces articles, sa fille allait pouvoir aller à l’école l’année suivante. »  Tom Affleck a ensuite expliqué à Jonathan à quel point il suffit de peu pour donner un accès à l’éducation aux enfants de ce pays. Quelques fournitures scolaires suffisent pour permettre à un enfant d’aller à l’école. Sans ces effets, le jeune est condamné à rester à la maison.

Jonathan décide de faire le saut et de se joindre à l’équipe de SchoolBOX en novembre 2010. Maintenant établi à Managua, au Nicaragua, il gère toutes les communications et les initiatives de marketing de l’organisme dans ce pays et au Canada. En plus de son rôle clé en marketing, il aide à administrer les activités de SchoolBOX ainsi que son programme de bénévolat, qui attire chaque année plus d’une centaine de bénévoles provenant de partout dans le monde pour aider à construire des écoles au Nicaragua.

« Le fait d’œuvrer pour un petit organisme sans but lucratif m’offre énormément de latitude dans mon travail quotidien, confie?t-il. Un jour, j’anime une réunion communautaire dans un coin reculé du pays, et le jour suivant, j’organise une campagne Facebook visant à faire connaître notre organisme. Chaque journée apporte son lot de nouveautés et de projets stimulants. »

Jonathan prévoit aider SchoolBOX à étendre ses activités dans d’autres pays comme le Honduras ou le Pérou, mais veut d’abord poursuivre les efforts au Nicaragua afin d’y amener l’organisme à un niveau supérieur.

Il se réjouit de pouvoir compter sur le soutien continu de l’École de gestion Telfer. En août dernier, l’École a organisé une soirée au profit de SchoolBOX au restaurant Métropolitain Brasserie à Ottawa. Plus d’une cinquantaine de personnes ont assisté à l’activité, au cours de laquelle des représentants de l’organisme ont présenté le travail de celui?ci et établi des contacts avec les invités. En plus de mieux faire connaître SchoolBOX, cette soirée a connu un franc succès, permettant d’amasser plus de 1 800 $.

Jonathan a également été invité à prononcer le discours principal du dîner de fin d’année du programme de MBA de l’École de gestion Telfer. Aux nouveaux détenteurs d’un MBA, il a parlé de divers sujets, dont l’importance de bénéficier d’une bonne éducation, des différentes manières de définir le succès et de la transition entre l’univers du monde des affaires et celui du secteur sans but lucratif, en plus de raconter des anecdotes concernant la vie dans un pays en développement et son travail pour SchoolBOX.

Depuis qu’il est entré au service de SchoolBOX, Jonathan découvre à quel point cet organisme réussit à transformer des collectivités entières et à améliorer le sort de la population nicaraguayenne. Il constate également le pouvoir qu’ont de simples citoyens du Canada d’aider des personnes moins nanties de notre société.

 « Je suis ébloui par le soutien des gens ordinaires qui veulent aider. Leurs plus petits gestes ont de profondes répercussions pour les résidents les plus démunis du Nicaragua. Je vois de mes propres yeux le bien qu’apporte leur contribution », indique-t-il.

Il estime que son travail au sein de l’équipe de SchoolBOX contribue à étancher sa soif d’aventure en lui permettant de voyager et de faire quelque chose de différent. Il croit fermement que pour être réellement heureux, il faut trouver un emploi qui nous passionne. Il semble avoir trouvé le sien.

Pour en savoir davantage sur SchoolBOX, visitez le www.schoolbox.ca(en anglais).

Pour communiquer directement avec Jonathan Tam, écrivez-lui à Cette adresse courriel est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..