Passer au contenu principal
 |  Étiquettes : Entrevues, Planification de carrière

Véronique Bélinge
Véronique Bélinge
Coordonnatrice de développement professionnel

En tant qu’étudiant de Telfer, vous êtes à une étape déterminante de votre vie : l’une au cours de laquelle vous pouvez expérimenter, croître et, naturellement, faire des erreurs. La bonne nouvelle, c’est que vos années à Telfer constituent pour vous le moment idéal d’apprendre de ces erreurs et de rompre avec les vilaines habitudes qui pourraient éventuellement nuire à votre carrière. Voici donc cinq mauvaises habitudes courantes chez de nombreux d’étudiants (qu’ils en soient conscients ou non) et quelques conseils pour s’en défaire.

Mauvaise habitude no 1 : Se présenter en retard et/ou non préparé

Si vous tendez à arriver échevelé, en retard ou non préparé à vos cours, rendez-vous et réunions, soyez conscient que ce comportement risque d’être perçu comme une marque d’indifférence et un manque de respect. Il se peut que vos camarades de classe, professeurs et fournisseurs de services ne semblent que vaguement agacés par votre négligence, mais sachez que vos futurs gestionnaires et collègues ne sauront la tolérer.

Que faire ? Commencez tôt. Dès que vous fixez un rendez-vous ou planifiez une réunion, assurez‑vous : i) de préparer ce dont vous avez besoin (documents, renseignements personnels, questions, recherche, etc.); ii) de créer une alerte (ou plusieurs) sur votre téléphone. Si vous ne savez pas quoi préparer en vue d’un rendez-vous ou d’une réunion, demandez simplement à la personne responsable ! Se renseigner à l’avance est en soi une marque de considération.

 

Les occasions ne perdent pas de temps
avec ceux qui manquent de préparation.

– Idowu Koyenikan

 

Mauvaise habitude no 2 : Imputer ses erreurs aux autres (ou aux circonstances, ou encore au milieu)

Personne ne s’attend à ce que vous soyez parfait. Il nous arrive TOUS, parfois, d’oublier, de nous laisser aller à la procrastination et de livrer un rendement insatisfaisant. Et lorsque cela se produit, notre première réaction est de protéger notre ego. Ce mécanisme de défense, si vous n’apprenez pas à le maîtriser, vous fera paraître immature et mal préparé au monde professionnel.

Que faire ? Soyez honnête avec vous‑mêmes : réfléchissez à ce qui s’est passé, et essayez de déterminer ce que vous auriez pu faire autrement pour obtenir un résultat différent. N’oubliez pas : reconnaître ses erreurs n’est pas un signe d’incompétence ou de faiblesse. C’est une marque d’humilité et de maturité, mais surtout une preuve de sa capacité à grandir. Et ça, c’est un facteur de réussite.

 

Toutes les erreurs sont pardonnables
si leur auteur a le courage de les admettre.

– Bruce Lee

 

 

 

Mauvaise habitude no 3 : Ne pas exprimer de la gratitude

En qualité d’étudiants de Telfer, vous recevez l’aiguillage, l’encadrement, les encouragements, l’endossement, les enseignements et les rétroactions de nombreuses personnes. Certaines de ces personnes sont payées pour vous offrir un tel soutien, d’autres, non. Or, que vous ressentiez ou non de la gratitude envers ces personnes n’a pas d’importance : ne pas exprimer de la gratitude envers les gens qui contribuent à votre réussite est impoli, voire grossier.

Que faire ? Faites de la gratitude votre attitude par défaut. Témoigner une sincère appréciation à vos camarades de classe, collègues, intervieweurs, professeurs, superviseurs et fournisseurs de services est plus qu’une marque de savoir-vivre : c’est une façon ingénieuse (et économique) de créer une impression positive durable autour de vous. La recherche a démontré que l’expression de la gratitude, que cette dernière soit méritée ou non, est aussi bénéfique pour le donneur que pour le receveur, car elle génère invariablement une réponse positive. En d’autres mots, un petit « merci » ne fait JAMAIS de tort.

 

La gratitude est une monnaie que l’on peut frapper pour soi-même et dépenser sans craindre la faillite.
– Fred De Witt Van Amburgh

 

Mauvaise habitude no 4 : Faire ce qui est demandé, et rien de plus

Si faire son travail avec diligence constitue le moyen naturel d’impressionner son employeur au moment d’entrer en fonction, se conformer religieusement à sa description de tâche sans jamais aller au-delà de ce qui est attendu n’est pas nécessairement le meilleur moyen de faire sa marque. En réalité, en attendant passivement de recevoir des directives de votre patron, vous réduisez activement vos chances de recevoir une recommandation favorable de sa part dans le futur.

Que faire ? Lorsque vous commencez à vous sentir plus à l’aise dans votre rôle, commencez à porter attention aux projets et tâches auxquels vos collègues et supérieurs immédiats travaillent. Il est possible que vous ayez été embauchés pour exécuter un ensemble de tâches bien précises, mais cela ne signifie pas que vous deviez vous abstenir de faire autre chose. Demandez à votre gestionnaire si votre aide est requise ailleurs, et tentez de voir s’il n’y a pas d’autres projets négligés auxquels vous pourriez vous attaquer. Si vous cherchiez une façon de montrer votre « créativité », votre « sens de l’initiative » et votre « leadership » (vous l’avez deviné, dans le but de bâtir un CV solide), c’est le moment d’agir.

 

Les personnes qui ne font jamais plus que ce pour quoi
elles sont payées ne seront jamais payées plus que pour
ce qu’elles font.

– Elbert Hubbard

 

Mauvaise habitude no 5 : Avoir une attitude négative

Certains de vos proches vous ont peut-être répété ceci à plusieurs reprises par le passé : « Entoure-toi de gens positifs. » Et ils avaient raison : personne n’a besoin dans son cercle de « vampires » bouffeurs d’énergie qui se nourrissent de ragots et de drame. Les éviter est une chose. Ne pas devenir l’un d’entre eux en est une autre. Si vous recourez souvent aux vociférations et aux rumeurs pour attirer l’attention de vos collègues, ou si vous tendez à souligner l’aspect moins reluisant de chaque chose, faites attention : votre négativité pourrait devenir votre pire ennemi sur le plan professionnel.

Que faire ? Incarnez votre idéal

Avant de parler, demandez-vous si ce que vous vous apprêtez à dire est bienveillant, utile et édifiant. Si ce n’est pas le cas, mieux vaut reformuler. Cultivez la pensée et le dialogue positifs dans tous les aspects de votre vie, et les choses (et les personnes) positives se manifesteront d’elles‑mêmes !

 

Incarnez l’attitude que vous voulez
attirer autour de vous.

– Tim DeTellis

 

De temps en temps, nous devons tous appuyer sur « Pause » pour savoir si nous sommes sur la bonne voie. J’espère que ces quelques lignes vous inciteront à réfléchir à ce que vous voulez devenir en tant que professionnels et à ajuster votre attitude, au besoin, pour atteindre la version optimale de vous-mêmes.


© 2019 École de gestion Telfer, Université d'Ottawa
Politiques  |  Urgences

Fermer