Passer au contenu principal
 
 
 
 
 |  Étiquettes : human resources

Le faux pardon au travail

Les conflits interpersonnels sont malheureusement fréquents dans bon nombre de milieux de travail. Intentionnellement ou non, nos collègues font à l’occasion des remarques insultantes ou ont des comportements qui nous semblent inappropriés. Même si elles sont souvent subtiles, ces transgressions peuvent facilement susciter des sentiments de colère et d’injustice. Parfois, sans même nous en apercevoir, nous passons des jours (voire des semaines!) à ruminer la situation. Lorsque nous vivons une transgression, est-il bénéfique de pardonner à l’auteur des gestes ou des paroles pour chasser nos sentiments négatifs et faire table rase?

La recherche en psychologie donne à penser que oui. Le pardon aide à atténuer le stress et la tourmente psychologique que nous vivons lorsque nous retournons longuement une transgression dans notre tête. C’est pourquoi les chercheurs s’intéressent de plus en plus au pardon en milieu de travail; ce thème a même été couvert par des publications influentes comme Forbes et Fast Company.

Les gestionnaires sont encouragés à faire la promotion du pardon envers leurs employés et entre eux, mais il reste beaucoup à apprendre sur la façon dont le pardon s’exerce en milieu de travail. Parmi les problèmes qui risquent de survenir, mentionnons le fait que les employés risquent d’être poussés à pardonner à un collègue uniquement parce qu’ils croient que c’est ce que leur supérieur veut, qu’ils doivent donner l’exemple ou qu’ils ne pourront pas continuer à participer à un projet s’ils n’accordent pas leur pardon. En effet, le pardon, s’il est motivé par des pressions externes, a un côté sombre.

« Mes collègues et moi appelons ce phénomène le “faux pardon”. Ainsi, une personne a de son plein gré choisi de pardonner, mais, dans son for intérieur, et peut-être même inconsciemment, elle n’a pas libéré entièrement l’énergie négative envers le collègue en question », explique la professeure Jane O’Reilly.

Sur quoi porte le projet de recherche?

Afin de mieux comprendre les raisons pour lesquelles le faux pardon se produit et ses conséquences dans le milieu de travail, les professeurs Jane O’Reilly (École de gestion Telfer de l’Université d’Ottawa) et Lukas Neville (Université du Manitoba) ont lancé un projet de recherche intitulé « Inauthentic and Authentic Forgiveness in the Workplace » (Le faux et le véritable pardon en milieu de travail). Les deux chercheurs ont reçu une prestigieuse subvention Savoir du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH).

Un des objectifs de l’’équipe de recherche vise notamment à définir le faux pardon et à le distinguer du véritable pardon. Aussi l’équipe étudiera l’influence du faux pardon sur le bien-être, la productivité et les relations interpersonnelles des employés.

« Les chercheurs ont constaté l’effet positif du véritable pardon sur la santé et le mieux-être, mais nous en savons beaucoup moins sur le faux pardon, en particulier en milieu de travail. Il est possible que le faux pardon n’offre pas les avantages du pardon qui ont été observés et qu’il soit en fait nuisible aux employés », confie la professeure O’Reilly, responsable du projet.

La professeure et son collaborateur se pencheront également sur les risques de promouvoir le faux pardon par inadvertance.

« Nous soupçonnons que, paradoxalement, un fort engagement au sein d’une équipe et l’interdépendance entre ses membres encouragent le faux pardon. Si un employé se sent offensé, il risque de sentir qu’il n’est pas un “bon joueur d’équipe” s’il demeure fâché contre un collègue. Donc, il prendra peut-être la décision consciente de pardonner, mais, au fond de lui, son ressentiment continuera de le ronger », d’expliquer la professeure.

Qui bénéficiera de la recherche?

Professeure Jane O'Reilly

La professeure O’Reilly espère que la recherche offrira :

  • de l’information précieuse sur le rôle du faux pardon des transgressions en milieu de travail;
  • un guide pour les praticiens sur la façon d’encourager le véritable pardon;
  • une nouvelle perspective sur les avantages et les risques éventuels de la promotion du pardon au sein des entreprises.

L’École de gestion Telfer vise à mener des recherches de pointe sur une variété de thèmes dans le domaine de la gestion. Alors que le corps professoral continue de favoriser l’excellence en recherche, la communauté de l’École Telfer et ses partenaires profitent du rayonnement d’un précieux savoir. Au cours des prochaines semaines, nous présenterons les huit projets de recherche qui ont reçu une prestigieuse subvention Savoir du CRSH en 2018. Cliquez ici pour en savoir plus sur le processus de demande d’une subvention Savoir du CRSH.


© 2020 École de gestion Telfer, Université d'Ottawa
Politiques  |  Urgences

alert icon
uoAlert