Passer au contenu principal
 
 
 
 

Marie Madeleine Kabupu
Marie Madeleine Kabupu
Étudiante de 3e année en comptabilité

J’ai été recrutée au gouvernement il y a environ neuf mois. En tant qu’étudiante travaillant comme commis aux finances au sein du service des comptes créditeurs, je peux observer l’entièreté du processus depuis la réception d’une facture jusqu’à l’étape finale : le règlement.

Au bout d’un certain temps, j’ai compris que je voulais en savoir plus. Cependant, je me suis heurtée à un mur dont la majorité d’entre vous ont déjà fait l’expérience dans divers postes : « Comment puis-je aller au-delà de mes fonctions établies et me voir confier un peu plus de responsabilités ? » Eh bien je peux vous garantir que dans mon cas, ce fut un long processus. Je vous promets toutefois que nous pouvons tous y arriver.

Après avoir participé à une journée d’orientation au travail et entendu le conférencier affirmer que la majorité des employeurs adorent lorsque leurs employés demandent à relever de nouveaux défis, j’ai commencé à y réfléchir. Quelques semaines plus tard, j’ai fait part à mon gestionnaire de mon intention d’approfondir mes connaissances. Et devinez quoi ? Ça s’est passé mieux que je ne l’avais anticipé ! En fin de compte, j’ai eu la possibilité de travailler à de nouveaux projets, ce qui a complètement transformé ma routine. Et j’adore ça ! Voici les deux choses que j’ai apprises au cours du processus :

  1. Ne vous fiez pas uniquement à l’évaluation de votre superviseur : évaluez-vous également !

Le rôle d’un superviseur consiste à s’assurer que vous faites votre travail correctement. Parfois, cela dit, votre supérieur ne peut pas suivre vos progrès d’assez près pour être en mesure vous confier plus de responsabilités. Vous ne pouvez donc pas automatiquement vous attendre à ce qu’il vous donne plus de travail dès le départ. Vous pourriez devenir votre propre superviseur et juger par vous-même si vous êtes prêt ou non à relever un nouveau défi. Ainsi, votre superviseur ne vous verra pas uniquement comme une personne qui se contente de faire ce qu’on lui demande, mais comme un professionnel qui est prêt à atteindre le prochain échelon dans son perfectionnement.

  1. Prenez les rênes de votre perfectionnement professionnel

Vous avez sans doute entendu le conseil suivant auparavant, mais je vais néanmoins vous le rappeler : Donnez-vous à fond, ou pas du tout. Vous ne pouvez pas toujours attendre que vos parents ou vos amis vous aident à décrocher un emploi ou à obtenir une promotion. Vous voulez obtenir une bonne note ? Étudiez ! Vous voulez trouver du travail au sein d’une entreprise donnée ? Commencez à réseauter et soumettez votre candidature ! Vous voulez avoir l’occasion d’en apprendre davantage dans l’exercice de vos fonctions ? Demandez à rencontrer votre patron pour discuter avec lui des différentes possibilités qui s’offrent à vous ! Voilà comment vous deviendrez un chef de file inspirant pour les autres.

En terminant, nous savons tous, en tant qu’étudiants, que nous avons du potentiel. Utilisons donc ce potentiel pour établir autant d’objectifs que possible et pour en faire une réalité. J’espère que ces quelques lignes vous ont appris quelque chose d’utile.

Pour recevoir des conseils additionnels sur la façon de canaliser votre potentiel de façon optimale et de prendre les devants dans votre développement de carrière, communiquez avec le Centre des carrières de Telfer.

 

*Dans le présent article, le masculin a valeur de genre neutre.*


© 2020 École de gestion Telfer, Université d'Ottawa
Politiques  |  Urgences

alert icon
uoAlert