Passer au contenu principal
 
 
 
 
 |  Étiquettes : recherche d'emploi, Travailler à l'étranger

« J’aimerais vraiment aller à l’étranger pendant une période de temps prolongée, mais je ne suis qu’un pauvre étudiant sans argent. »

Je ne peux pas vous dire combien de fois j’ai entendu des gens dire ça, moi y compris! C’est presque comme si être étudiant et voyager à l’étranger s’excluaient mutuellement. Cependant, il existe un moyen de contourner cet obstacle : en faisant un stage ou en trouvant un emploi à l’étranger! La tâche n’est pas facile, mais avec de la persévérance et de la motivation, vous aurez des résultats.

En faisant un stage à l’étranger, vous aurez non seulement la chance d’acquérir de l’expérience de travail, mais surtout de vous faire des souvenirs pour la vie! Je voulais visiter l’Allemagne depuis longtemps, mais il m’était impossible de partir en vacances en raison de ma participation au régime coop. J’ai toujours pensé que j’y irais seulement en échange et, encore là, uniquement si j’obtenais mon premier choix d’université. Vu mon option de programme (gestion internationale), je suis tenu de participer à un échange, ce qui est fantastique, mais ce n’est pas le cas pour beaucoup d’étudiants dans d’autres options du B.Com.

Maintenant, vous vous demandez peut-être comment trouver ― à partir du Canada ― des affichages de postes à l’autre bout de monde. C’est simple! Utilisez Google! Certaines sociétés ont des bureaux dans des pays du monde entier, comme Deloitte, EY et KPMG, parmi tant d’autres. Par exemple, lorsque je cherchais des possibilités de stage en Allemagne, j’écrivais simplement « (Nom de l’entreprise) Deutschland (Allemagne) Karriere » dans mon moteur de recherche. Si vous vouliez la France, vous utiliseriez le même principe, mais avec « France » et « carrière ». J’ai également cherché sur Google des termes tels que « Grandes banques suisses » ou « Grandes entreprises allemandes ». Les résultats ont été nombreux et les sites Web de ces entreprises proposaient souvent des options spéciales pour les étudiants à la recherche d’un stage.

Après cela, vous devrez filtrer vos résultats afin de trouver un emploi dans votre domaine d’études (p. ex. : la finance). Il y a habituellement des cases à cocher pour cela. Par la suite, vous devrez lire toutes les offres d’emploi et ajouter à vos signets celles pour lesquelles vous aimeriez postuler. Ici, vous vous heurterez peut-être à votre plus grand obstacle. Beaucoup d’emplois exigent que vous parliez la langue locale, et c’est de toute façon un atout énorme de connaître la langue du pays dans lequel vous souhaitez travailler, en plus de l’anglais. Si vous parlez anglais et français, certains pays comme la France et le Royaume-Uni vous sont déjà totalement ouverts. Si vous souhaitez postuler dans des pays comme l’Espagne ou l’Italie, il est évident qu’il vous faudra pour beaucoup de postes parler suffisamment l’espagnol ou l’italien. Si vous êtes prêt à y mettre le travail, vous allez certainement augmenter vos chances.

Après avoir trouvé les emplois qui vous conviennent et auxquels vous souhaitez postuler, vous devez d’abord réécrire votre CV dans le format accepté du pays où vous souhaitez travailler. Par exemple, en Allemagne, on utilise à peine plus que quelques mots pour chaque expérience ou activité et on inclut une photo dans son CV, choses qui ne sont pas courantes au Canada ou dans d’autres pays. Il est donc important de faire des recherches sur le format de CV accepté et de revoir le sien en conséquence. Il peut parfois être nécessaire d’utiliser la langue locale pour présenter sa candidature et il est fort probable que vous fassiez des erreurs. Cependant, vous pouvez trouver de l’aide juste ici à Ottawa. Habituellement, il y a un certain nombre d’étudiants en échange à Telfer à tout moment, et on peut les rencontrer aux événements organisés par Telfer International (je ne peux pas garantir que vous trouverez une personne de votre pays cible, mais cela vaut la peine d’essayer). Ils peuvent vous aider à structurer votre curriculum vitæ et à corriger toute erreur. La deuxième étape consiste à rédiger une lettre d’accompagnement adaptée au poste et dans le bon format. Encore une fois, il serait idéal d’obtenir l’aide de quelqu’un qui vient du pays pour préparer votre lettre de présentation.

D’après mon expérience (allemande), il est généralement nécessaire d’inclure une preuve de votre diplôme d’études secondaires et de votre inscription à l’université. Si le pays où vous postulez exige que votre curriculum vitæ soit rédigé dans une autre langue, incluez quand même votre curriculum vitæ en anglais parce qu’un grand nombre d’offres d’emploi indiquent clairement que les candidats qui ont une bonne maîtrise de l’anglais ont un atout énorme.

Une fois que vous aurez tous les documents requis, n’hésitez pas à présenter votre demande. J’ai dû attendre une à deux semaines pour recevoir les réponses des entreprises, alors il faut être patient et ne pas trop y penser. Il est également important d’être prêt à s’essuyer à de nombreux refus. Souvent, les entreprises préfèrent embaucher des candidats locaux ou ont des tas d’autres raisons de ne pas vous embaucher. Le message à retenir ici est que vous ne réussirez probablement pas immédiatement, ce qui n’est pas nécessairement une mauvaise chose. Il est essentiel de persévérer et de ne pas abandonner. Mon ratio d’entrevues par rapport au nombre de demandes soumises était d’environ 1:23. Malgré cela, je n’ai jamais abandonné et j’ai eu la chance d’être convoqué en entrevue avec Ernst & Young, en Allemagne. Alors n’oubliez pas, continuez à travailler fort et vous obtiendrez les résultats que vous méritez.

Les entrevues varieront selon le poste pour lequel vous postulez, mais selon mon expérience, mon entrevue avec EY était assez semblable à celles que j’avais déjà eues au Canada. Je n’ai pas de conseil particulier pour cette partie, bien que, comme je l’ai déjà dit, mon expérience n’a été qu’avec des intervieweurs allemands alors il est possible que d’autres intervieweurs, là-bas ou ailleurs, aient des styles différents.

Après l’entrevue, on m’a informé que j’avais obtenu l’emploi pour lequel j’avais postulé (en déclaration fiscale internationale – prix de transfert) et que je me rendrai en Allemagne pour mon premier stage en mai 2019! J’espère que mon expérience vous a été utile et qu’elle vous donne la motivation qu’il vous faut pour faire votre propre chemin dans ce monde!


© 2020 École de gestion Telfer, Université d'Ottawa
Politiques  |  Urgences

alert icon
uoAlert