Skip to main content

Tyson Rigg (B.Com. 2016) se démarque dans la haute finance au Canada

Tyson Rigg avec Stéphane Brutus

Le prix Jeune Phénix souligne l’excellence des jeunes diplômées et diplômés (moins de 40 ans) de l’École de gestion Telfer qui ayant relevé d’importants défis en très peu de temps. Tyson Rigg en est un digne lauréat, ayant accompli d’impressionnants exploits en haute finance six ans à peine après l’obtention de son baccalauréat en sciences commerciales de l’École Telfer.

Tyson rigg avec une professeureSe spécialisant en finance dès ses études, M. Rigg a figuré au palmarès des éducateurs et au palmarès du doyen en raison de ses réalisations scolaires. Il n’a pas hésité à suivre toutes les formations nécessaires pour recevoir d’importants titres au cours de sa jeune carrière, notamment ceux de Qualified Associate Financial Planner (QAFPMD), de gestionnaire de placements agréé (CIMMD) et de planificateur financier personnel (PFPMD). Il est également candidat au niveau 3 du programme d’analyste financier agréé (CFA). M. Rigg occupe actuellement le poste de conseiller principal en placements et gestionnaire de portefeuille à BMO Gestion privée. Il offre à des personnes, des familles et des institutions bien nanties des services de planification du patrimoine et de gestion des placements, qui sont souvent appelés à s’échelonner sur plusieurs générations. Grâce à ses études en finance et aux spécialistes du domaine qu’il a côtoyés à l’École Telfer, M. Rigg est en mesure de nouer des relations durables qui s’appuient sur son dévouement et sa recherche d’excellence avec sa clientèle. Il a par ailleurs figuré parmi les 20 personnes de partout au Canada choisies pour un programme exclusif de gestion du patrimoine, ce qui lui a permis d’acquérir encore plus d’expérience en haute finance. Gestionnaire de portefeuille inscrit, il a également reçu en 2020 le prix du Comité du président, et il est membre du comité de placement du Fonds de capital de Telfer. Il a d’ailleurs cofondé ce fonds en 2016 pendant sa dernière année à Telfer, un legs qu’il a laissé à la relève étudiante en finance.  

 Premiers pas dans la haute finance 

Tyson rigg avec François Julien C’est une réaction en chaîne qui a lancé la carrière en haute finance de M. Rigg, et qui l’a mené où il est aujourd’hui. Tout a commencé quand il a assisté à l’un des événements de réseautage du Centre des carrières de l’École Telfer, où les étudiantes et étudiants peuvent rencontrer des professionnels du secteur et découvrir les perspectives de carrière.  

Ayant gagné confiance en ses aptitudes de réseautage, M. Rigg a rallié le Programme sur les marchés financiers de l’École Telfer, où il a rencontré des sommités de la haute finance qui lui ont enseigné les rouages du métier. « En me faisant découvrir le domaine, et en me donnant accès à du mentorat, à des conseils, à des ressources et à des outils, ce programme m’a mené où je suis maintenant », ajoute-t-il.  

En 2016, il a cofondé le Fonds de capital Telfer, un fonds de placement administré par les étudiantes et étudiants, en plus de participer activement aux activités organisées par le Laboratoire de recherche et d’apprentissage en finance. Dans le rapport annuel 2015-2016 du doyen, M. Rigg racontait : « Ce processus, qui lie l’engagement, l’exposition et les occasions, m’a permis de découvrir que la haute finance était le domaine où je voulais passer ma vie professionnelle. » Et le voilà qui mène une brillante carrière dans ce domaine. Mais ce n’est que le début.  

Promotion de la littératie financière et constitution du patrimoine familial 

Tyson Rigg avec sa familleAucun membre de la famille de M. Rigg ne travaillait en haute finance. Sa passion est née alors qu’il étudiait en deuxième année en sciences commerciales, en lisant un article paru en 2016 dans le Wall Street Journal. Cet article rapportait qu’il faudrait 228 ans aux familles noires pour accumuler la fortune des familles blanches aux États-Unis étant donné les obstacles systémiques présents au travail et dans la société. M. Rigg a alors compris que l’accumulation de richesse était tributaire de la littératie financière. Depuis, il s’emploie à réduire le nombre d’années de cet écart racial : « J’y travaille dans le cadre de mes fonctions à BMO, je participe à des tables rondes de Women In Capital Markets, j’anime des séminaires sur la littératie financière destinés aux élèves du secondaire appartenant aux communautés noires; bref, j’apporte ma contribution en transmettant mon savoir. »

M. Rigg forme également les membres de sa famille immédiate et éloignée, abordant avec eux des sujets comme l’achat d’une première maison, l’épargne, les dettes et les placements. Dans un domaine qui progresse sans cesse, il prend ses fonctions au sérieux. Il travaille directement avec ses clientes et clients, peu importe l’étape de leur vie, et gère des avoirs diversifiés. Il se sent privilégié d’avoir l’occasion d’apprendre aux côtés de sa clientèle, et de l’accompagner en lui fournissant de précieux conseils.  

S’efforçant chaque jour de combler l’écart de richesse entre les groupes raciaux, M. Rigg constate aussi à quel point la diversité de genres est sous-représentée dans son domaine. Il a réussi à surmonter la plupart des préjugés, se préparant le mieux possible avant chaque interaction : « On ne sait pas à mon nom que je suis Noir ou que je fais partie d’une minorité visible. Je suis toujours bien renseigné, et j’ai dû mettre les bouchées doubles pour combattre certaines idées préconçues. » 

  

Faire ce qu’il faut et travailler fort 

Tyson Rigg à TelferC’est avec beaucoup de joie et de gratitude que M. Rigg reçoit le prix Jeune Phénix de l’École Telfer : « Je n’aspire jamais aux récompenses. Quand on fait toujours ce qu’il faut, quand on se retrousse les manches et qu’on travaille fort, et quand on tente d’améliorer notre sort chaque jour, notre travail porte ses fruits et les reconnaissances viennent d’elles-mêmes. »  

S’adressant aux chefs d’entreprise de demain qui étudient la finance à l’École Telfer, M. Rigg les encourage à faire le bilan de leurs compétences, de leurs forces et de leurs faiblesses, à tracer leur voie en fonction de leurs forces, à apprendre le plus possible et à faire de ce domaine d’intérêt une spécialité. Il croit qu’on réussit plus facilement dans un domaine qui met nos forces à contribution.  

Pour la suite des choses, il prévoit continuer de se consacrer à sa passion pour la gestion du patrimoine. On assiste d’ailleurs actuellement à un important changement de paradigme : étant donné le vieillissement de la population, d’importantes parts de patrimoine passent aux mains de la nouvelle génération. M. Rigg est heureux de contribuer à ce changement, et espère pouvoir allouer du capital à des initiatives qui feront bouger les choses. 

La gestion du patrimoine se transforme, et des avoirs considérables sont transmis d’une génération à l’autre. M. Rigg est prêt à en apprendre plus, à participer aux conversations et à contribuer à des initiatives susceptibles de transformer le monde. Il sera de plus mentor pour la prochaine génération d’étudiantes et d’étudiants en finance de la Telfer Nation!  

Fonds de capital de Telfer  

Le Programme sur les marchés financiers, d’une durée de deux ans, vise à bonifier l’apprentissage et le perfectionnement des étudiantes et étudiants qui excellent, en leur confiant notamment la gestion du Fonds de capital Telfer cofondé par Tyson Rigg en 2016. C’est là une excellente occasion d’apprendre par la pratique, et de côtoyer des sommités de la haute finance.  

 

Au sujet de l'auteur

Jeune diplômée du programme de baccalauréat en sciences commerciales spécialisé à l’École de gestion Telfer, Sonya Gankina a déjà amorcé sa carrière en tant que consultante et rédactrice en marketing numérique. Ses trois années d’expérience en agence cumulées pendant ses études l’ont aidée à fonder sa propre entreprise, où elle travaille avec de petites boîtes de la région comme de vastes sociétés au Canada et aux États-Unis. On peut la lire dans plusieurs publications de renom, et dans un blogue sur les arts et la culture à Ottawa. <br><br>Sonya Gankina is a recent graduate from the Honours Bachelor of Commerce program at the Telfer School of Management and has already begun her career as a consultant and writer in digital marketing. Armed with three years of agency experience earned while completing her studies, she has established her own business working with local businesses and large enterprises in Canada and the United States. She’s been featured in numerous respectable publications and also writes for an arts and culture blog in Ottawa.

Profile Photo of Sonya Gankina