Passer au contenu principal
 
 
 
 

Deux chercheurs de l’École de gestion Telfer étudieront les incidences financières que l’utilisation des ressources hydriques à des fins commerciales a sur les entreprises.

Pour bon nombre d’industries, l’eau est un facteur crucial dans la production de biens et de services. Cependant, à une époque où la disponibilité et la qualité de l’eau ne cessent de diminuer, les investisseurs, les créanciers et les responsables de la réglementation pressent de plus en plus les entreprises à faire preuve de transparence relativement à leur gestion des ressources hydriques, aux répercussions de leurs pratiques sur leurs activités commerciales et aux mesures d’atténuation des risques qu’elles prennent relativement à leur utilisation de l’eau.

Professeur Chelli « Parmi ces risques, mentionnons la rareté de l’eau, la pollution des ressources hydriques, les sécheresses et les inondations, explique le professeur Mohamed Chelli. Si les entreprises ne se préparent pas à composer avec ces difficultés, elles se buteront à différents écueils qui pourraient compliquer leurs activités. »

Toutefois, on en sait très peu à propos des incidences de l’utilisation des ressources hydriques à des fins commerciales sur les sociétés, les secteurs industriels et les pays. Les entreprises paient-elles cher leur mauvaise gestion de ces ressources?

Sur quoi porte le projet de recherche?

Pour répondre à cette question, les professeurs Mohamed Chelli et Walid Ben Amar examineront les conséquences de la gestion des entreprises et de leurs déclarations au sujet de leur utilisation de l’eau sur la valeur marchande et sur les coûts implicites des fonds propres. À cette fin, les chercheurs ont reçu une subvention de développement Savoir du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH).

Qui bénéficiera de la recherche?

Les constatations tirées de cette étude contribueront au débat actuel sur la recherche comptable axée sur les changements climatiques et la responsabilisation des entreprises.

De plus, en comprenant mieux les incidences des risques liés à l’utilisation des ressources hydriques par les entreprises, les professeurs Chelli et Ben Amar apporteront des données probantes pour aider les investisseurs ainsi que les responsables des politiques et de la réglementation à accroître la transparence des entreprises.

En définitive, les conclusions de cette recherche permettront aux sociétés de prendre des décisions judicieuses et durables.

Mise à jour de la recherche

Mars 2021

La pénurie d'eau et la détérioration de sa qualité exposent les entreprises du secteur privé à des risques matériels liés à l'eau, avec des implications financières et opérationnelles importantes pour l'entreprise et sa chaîne d'approvisionnement. Le rapport mondial 2020 du CDP sur l'eau a révélé que les coûts de l'inaction sont beaucoup plus élevés que les ressources nécessaires pour faire face à ces risques importants.

Alors que les parties prenantes et les investisseurs demandent des informations sur l'eau utiles à la prise de décision, plusieurs entreprises ne communiquent toujours pas leur exposition aux défis et aux opportunités liés à l'eau. Dans le cadre d'une étude comparative entre pays, nous constatons que les informations volontaires sur l'eau communiquées au CDP diffèrent selon les secteurs d'activité, les cultures nationales et les régimes juridiques des pays. Nos résultats soulignent le besoin urgent d'une pression accrue pour améliorer la communication des entreprises sur l'eau. Nous demandons également des mesures réglementaires pour normaliser et améliorer la comparabilité des informations relatives à l'eau dans les différents pays. Le manque de données cohérentes et quantifiables sur l'exposition des entreprises aux risques importants liés à l'eau entrave la capacité des investisseurs à allouer efficacement des capitaux aux entreprises qui prennent des mesures proactives en faveur d'une économie résiliente à l'eau. Notre recherche en cours étudie les impacts financiers de la transparence de l'eau et des pratiques efficaces de gestion des risques liés à l'eau.


L’École de gestion Telfer vise à mener des recherches de pointe sur une variété de thèmes dans le domaine de la gestion. Alors que le corps professoral continue de favoriser l’excellence en recherche, la communauté de l’École Telfer et ses partenaires profitent du rayonnement d’un précieux savoir. Cliquez ici pour en savoir plus sur le processus de demande d’une subvention de développement Savoir du CRSH.


© 2020 École de gestion Telfer, Université d'Ottawa
Politiques  |  Urgences

alert icon
uoAlert