L'article suivant a été écrit par un membre de notre communauté étudiante. Les points de vue et opinions exprimés dans ce blog sont ceux des auteurs et ne reflètent pas nécessairement la politique ou la position officielle de l'École de gestion Telfer. Pour plus d'informations ou pour signaler un contenu inapproprié, veuillez nous contacter.


De nos jours, il n’est désormais plus un secret que le chemin de l’entrepreneuriat est loin d’être un fleuve tranquille et ce, davantage pour les femmes qui sont confrontées à beaucoup plus de défis que leurs homologues masculins. Cela dit, on retrouve malgré tout, aux quatre coins du globe, un nombre croissant de femmes qui quittent leur emploi conventionnel pour travailler à leur propre compte.

Je me suis donc penchée sur la question et ai interrogé quelques femmes d’affaires pour comprendre leurs motivations en entrepreneuriat. Voici ce que j’ai trouvé : 

Des motivations communes

En discutant avec ces femmes, ce fut rapidement clair qu’on retrouve parmi elles des motivations communes en ce qui concerne la décision de se tourner vers l’entrepreneuriat : 

Groupe de femmes discutant et travaillant autour d'une table 1. Le désir d’indépendance

Beaucoup de femmes voient en l’entrepreneuriat une source d’émancipation et d’autonomie. Pour Ama Ouattara, photographe-journaliste pigiste, c’est le besoin de se distancier  des institutions hiérarchiques qui l’a mené vers l’entrepreneuriat et la flexibilité de travailler sur les projets qu’elle désire, de la manière dont elle le souhaite. 

Pour Marcelle Goran, qui dirige une structure d’accompagnement des entreprises pour l’embauche et la rétention de la main-d'œuvre immigrante au Québec, ce désir d'indépendance s’est traduit par l’envie de « contrôler ce qu’elle représentait et avoir une mainmise sur les résultats », mais aussi par la volonté de gérer son temps et son horaire. 

2. La volonté de faire quelque chose de significatif

L’entrepreneuriat apparaît pour beaucoup de femmes comme une manière de faire quelque chose qui a un sens pour elles. La plupart du temps, il s’agit d’aider la société ou encore de combler un besoin non-satisfait dans leur environnement. C’est le cas pour Christen Konan, qui a lancé son cabinet de coaching financier (KC Consultings, Canada) afin de répondre au manque d’éducation dans le secteur. 

Dans le même esprit, Binta Kanté, cofondatrice de Spirits Chocolats, une boutique en ligne de souvenirs et vente au détail de gourmandises à base de chocolat à Abidjan en Côte d’Ivoire, utilise l’entrepreneuriat pour « partager avec les autres et les rendre heureux ». De son côté, le choix de la spécialisation de Marcelle Goran est intimement lié à son propre parcours professionnel au Québec.  

3. La recherche d’un meilleur équilibre travail-vie personnelle

Cette motivation est sans doute la plus dominante chez les mères entrepreneures. Ces dernières trouvent que l’entrepreneuriat permet une plus grande flexibilité de leur emploi du temps,  et permet de mieux s’adapter à leurs contraintes et obligations familiales. C’est le cas de Mme Goran, à qui l’entrepreneuriat permet de travailler tout en ayant du temps à consacrer à ses enfants. 

4. La recherche de meilleurs revenus

Moins dominante que les autres, mais tout aussi importante, l’une des motivations des femmes à se lancer en affaires est l’opportunité de meilleures perspectives économiques. Cette motivation survient en général lorsqu’elles sont soit en situation de chômage ou encore à la recherche d’une autre source de revenus. 

Des différences liées au contexte

Bien que ces motivations en entrepreneuriat s’appliquent à la majorité des femmes d’affaires, des nuances subsistent selon les contextes culturels et les territoires dans lesquels elles évoluent. Ainsi, d’une région du monde à une autre, on peut trouver des raisons dominantes différentes. 

Par exemple, tandis qu’en Europe du côté de la France et de la Grande Bretagne le désir d’indépendance domine, en Afrique, où les sociétés sont souvent très traditionnelles, les entrepreneures ont comme principales motivations la nécessité économique suivi d’un désir de confirmation de soi, d’émancipation et d’autonomie (principalement dans les pays du Maghreb comme l’Algérie). 

Au final, en ce qui concerne les motivations derrière le choix des femmes de se lancer en affaires, bien qu’elles aient des points communs, leurs motivations divergent lorsqu’on passe d’une région du monde à une autre. On comprend donc que les femmes entrepreneures ont des profils bien différents et pour mieux les comprendre, il est important de les considérer dans leur environnement.