Skip to main content

Bien saisir comment les institutions influent sur les activités philanthropiques des entreprises

Faites connaissance avec notre nouvelle professeure : Evelyn Micelotta

Evelyn Micelotta a été embauchée à titre de professeure adjointe par l’École de gestion Telfer de l’Université d’Ottawa. Elle a mené à terme son premier doctorat à l’École polytechnique de Milan et son second, à l’Université de l’Alberta. Nous l’avons interviewée pour en apprendre davantage sur l’orientation de ses travaux de recherche dans le domaine des entreprises familiales.

Avez-vous des raisons personnelles de vous intéresser aux entreprises familiales ?

Je savais que les entreprises familiales représentent un pourcentage très élevé des entreprises partout dans le monde, mais je n’en connaissais pas toutes les facettes marquantes qui méritent d’être étudiées. J’ai appris l’existence de la recherche sur les entreprises familiales dans le cadre d’un cours de doctorat sur le sujet et je contribue depuis à la croissance de ce domaine de recherche. Je suis actuellement une des rédactrices en chef adjointes de la Family Business Review, une des publications savantes de premier plan dans ce champ d’activité. Mes travaux visent essentiellement à bien saisir comment la société et la culture influent sur le comportement et les pratiques des entreprises familiales. En établissant des comparaisons, mes travaux mettent en lumière le caractère unique et les spécificités des entreprises familiales, en plus de montrer que ce que l’on sait sur les autres entreprises ne s’applique peut-être pas intégralement aux entreprises familiales.

Vous avez récemment copublié l’article « When Does the Family Matter? Institutional pressures and corporate philanthropy in China ». Quels sont les faits saillants de cette étude ?

En Chine, le marché et l’État coexistent dans une relation complexe qui rend l’étude de l’incidence du comportement et des pratiques des entreprises particulièrement intéressante. Par exemple, on exerce sur les entreprises chinoises d’intenses pressions pour qu’elles engagent leur responsabilité sociale; en d’autres mots, pour qu’elles s’intéressent davantage aux effets de leurs pratiques d’affaires sur l’environnement, les collectivités et les employés.

Dans cette étude, nous faisons remarquer qu’en Chine les entreprises sont très actives en matière de responsabilité sociale, elles sont tenues de donner de l’argent à des causes sociales. L’engagement des entreprises familiales se compare à celui des entreprises non-familiales dans des activités philanthropiques en raison des attentes de la société et des conventions sociales. Toutefois, les résultats de l’étude laissent entendre que les entreprises familiales sont plus généreuses parce qu’elles se soucient davantage de leur réputation.

Quelles incidences vos travaux peuvent-ils avoir sur les entreprises familiales du Canada ?

J’espère que mes travaux pourront éclairer le secteur public et le milieu des affaires, en particulier les entreprises familiales. En me concentrant sur celles-ci, je peux également mettre en lumière d’importantes dimensions de l’économie canadienne. Fortement intégrées dans leur milieu, les entreprises familiales en viennent souvent à représenter la collectivité elle-même. Dans le contexte canadien, j’ai l’intention de montrer la grande contribution des entreprises familiales à l’économie locale et la façon dont on peut tirer un meilleur parti de ces retombées.

Au sujet de l'auteur

Rania Nasrallah a rejoint le bureau de recherche Telfer en 2019. Elle a obtenu son doctorat en médecine à l'Université d'Ottawa et apporte à ce rôle plus de deux décennies d'expérience en recherche. Rania participe à tous les aspects du mandat du Bureau de la recherche et est responsable de fournir un large éventail de services aux membres du corps professoral et aux étudiants de recherche de deuxième et troisième cycle. Elle gère les subventions internes et les bourses d'études, et participe à la stratégie de communication de la recherche. Elle fournit également un soutien aux chercheurs avant l'attribution des subventions afin de maximiser le succès du financement au niveau national et international. En outre, elle travaille en étroite collaboration avec le Vice-doyen à la recherche pour élaborer et mettre en œuvre des stratégies visant à améliorer le financement et la vélocité de la recherche à Telfer, conformément à notre vision pour créer un meilleur Canada et un meilleur monde pour tous.<br/><br/>Rania Nasrallah joined the Telfer Research Office in 2019. She completed her PhD in Medicine at the University of Ottawa and brings over two decades of research experience to this role. Rania is involved in all aspects of the mandate of the Research Office and is responsible for providing a wide range of services to faculty members and research based graduate students. She manages internal grants, student awards, and participates in the research communication strategy. She also provides pre-award support to researchers to optimize funding success nationally and internationally. In addition she works closely with the Vice Dean Research to develop and implement strategies to enhance research funding and intensity at Telfer following our vision to create a better Canada and a better world for all.

Profile Photo of Rania Nasrallah