Passer au contenu principal
 
 
 
 

Avec un doctorat en biochimie, un diplôme de la MGSS de l’École Telfer et en plus d’être un coach en santé et une jardinière d’un jardin collectif, Dre Sarah Musavi a trouvé une façon de mettre son expertise et sa crédibilité au service de la communauté, surtout les femmes de la communauté sud-asiatique, pendant la pandémie de la COVID-19.

Après avoir été licenciée par le conseil scolaire catholique Ottawa Catholic School Board en mars, suivant les mesures de confinement, Dre Musavi a reçu « plusieurs messages d’amis du monde entier, surtout ceux qui sont des travailleurs de la santé en première ligne et ceux qui sont coincés dans leurs appartements en Inde, rapportant comment ils se sentent ébranlés et angoissés face à la situation. »

Healthy recipes in display En réponse à ces messages, elle a commencé à faire des vidéos sur YouTube : « je me suis rendu compte que beaucoup de femmes de la communauté asiatique que je connaissais étaient angoissées à l’idée de ne pas savoir quoi faire à manger pour que leur famille reste en santé. En publiant ces vidéos, j’ai commencé à recevoir des messages de femmes en Inde, au Canada, aux États-Unis et au Moyen-Orient, qui voulaient que je les aide à cuisiner tout en gardant les saveurs indiennes, mais aussi à renforcer leur système immunitaire. »

Étant donnée son expérience en matière de santé, Dre Musavi s'est dit qu’elle pourrait aider d’autres façons. Elle a donc aussi créé un site web nommé Les femmes mettent fin au diabète (Women End Diabetes) où elle partage des articles sous la bannière « En temps de Corona » (Corona Times) et elle a même créé un groupe de soutien personnel sur WhatsApp.

Dre, Musavi dit que : « Une des dames m’a suggéré de créer un groupe et de le nommer “Le club de santé des sœurs” (Sisters Health Club) et je l’ai fait. Tout de suite après, 45 femmes se sont jointes, dont des docteurs, scientifiques, ingénieures, femmes au foyer, travailleuses sociales, qui interagissaient entre elles et me posaient des questions sur plusieurs sujets en santé. »
 

L’importance d’avoir une communauté

Healthy dishes in display Au cours des sept dernières semaines, durant des appels Zoom de 2 heures, ce groupe de femme ont abordé de nouveaux sujets et « ont partagé des recettes et toute autre information pour s’entraider. »

Dre Musavi raconte que : « Au début, je parlais d’alimentation et de système immunitaire, mais ensuite, en fonction de chaque appel, je les laissais décider des sujets. » Maintenant nos conversations portent sur « les expériences personnelles de diverses femmes et l’information scientifique au sujet de comparaisons des soins de santé au sein des pays développés et en développement, de la gestion du temps, de la santé du cerveau et de la gestion du stress. »
 

Aider les autres à garder espoir

Grâce à cette communauté grandissante, Dre Musavi est contente d’avoir utilisé son temps libre pour aider à calmer l’angoisse générale qu’a pu causer cette période pour les autres.

Elle termine en expliquant que : « partager et élargir ses connaissances a probablement aidé beaucoup de famille à garder espoir et à éviter des problèmes de santé en renforçant leur système immunitaire à travers la connaissance et en restant connecté sur une base personnelle. »
 

Pour en savoir plus sur ces belles initiatives ou même rejoindre la communauté en visitant son site web Women End Diabetes (En anglais seulement) ou encore en suivant sa page Facebook,


© 2020 École de gestion Telfer, Université d'Ottawa
Politiques  |  Urgences

alert icon
uoAlert