Passer au contenu principal
 
 
 
 

Par Kathy Cunningham et Anne-Julie Houle

De nombreux médias et rapports officiels, notamment les rapports de l’Institut canadien d’information sur la santé et des Forces armées canadiennes sur les maisons de soins infirmiers ontariennes, ont mis en évidence les lacunes des soins de proximité et de longue durée, et la grande difficulté d’assurer de bons soins aux personnes âgées dans le réseau de santé. L’insuffisance de ressources et de financement, une capacité d’accueil limitée et une application insuffisante de la réglementation nationale ont aggravé la situation au fil du temps, en particulier chez les personnes âgées qui vivent dans la collectivité et sont atteintes de démence.

Selon l’Institut canadien d’information sur la santé, 61 % des personnes âgées atteintes de démence vivent chez elles. Dans ce contexte, les membres de la famille deviennent leurs principaux aidants, ce qui s’accompagne de conséquences émotionnelles, physiques et financières pour eux. Les personnes atteintes de démence ont besoin de stimulation psychologique, sociale et physique constante pour ralentir ou freiner la progression des symptômes de leur maladie. Afin de soutenir les aidants naturels et les personnes âgées atteintes de démence, on préconise les programmes de jour pour adultes, puisqu’ils répondent tant aux besoins des personnes âgées qu’à ceux de leurs proches aidants.

Mirou Jaana, professeure titulaire à l’École de gestion Telfer de l’Université d’Ottawa, a étudié un modèle novateur de programme de jour pour adultes conçu au Collège Algonquin en collaboration avec un centre de ressources communautaires local. Fruit d’un partenariat entre la communauté et le collège d’Ottawa, ce programme répond à la fois au besoin de services abordables et accessibles pour les personnes âgées, et de répit pour les aidants, et aussi à ceux du collège communautaire, qui souhaite offrir de la formation aux étudiants inscrits à ses programmes de soins de santé.

Dans cette étude préliminaire, la professeure Jaana a examiné les avantages de ce programme et la satisfaction générale des aidants et des personnes âgées à l’égard de cette initiative unique. Elle décrit les résultats de son étude dans un article intitulé « Adult Day Program services for seniors with dementia: An innovative model of community-college partnership », publié dans la revue Dementia.

Après la première année du programme, les aidants ont estimé que c’était un franc succès. La professeure Jaana a constaté que les aidants étaient très satisfaits du programme, 100 % d’entre eux ayant indiqué qu’ils le recommanderaient à leurs amis et à leur famille. « Le programme a permis aux personnes âgées et à leurs aidants d’avoir accès rapidement à des services nécessaires qu’ils n’auraient pas obtenus autrement », explique-t-elle.

« Les études montrent qu’il est important de stimuler les personnes âgées atteintes de troubles comme la démence pour ralentir la progression de leur état », précise-t-elle, en ajoutant que, grâce au programme de jour pour adultes étudié, les personnes âgées ont pu « socialiser et participer à des activités stimulantes sur le plan physique et cognitif ».

Établi sur le campus, dans un appartement de simulation financé à l’origine par le ministère de la Santé et des Soins de longue durée, ce programme offre aux étudiants la possibilité d’acquérir des connaissances et de l’expérience ainsi que de tisser des liens avec des personnes âgées en les aidant dans le cadre du programme de jour pour adultes.

Ce modèle de programme de jour est avantageux pour toutes les parties et pourrait être étendu à toute la province. Non seulement il fournit des services abordables, dans la collectivité, aux personnes âgées et à leurs aidants, mais il permet également aux nouveaux travailleurs de la santé d’acquérir de la formation pratique.


© 2020 École de gestion Telfer, Université d'Ottawa
Politiques  |  Urgences

alert icon
uoAlert