Passer au contenu principal
 
 
 
 

Catherine Elliott Les femmes sont propriétaires d’environ la moitié des PME au Canada, mais elles demeurent sous-représentées aux postes de haute direction dans le secteur privé.

À l’approche du 8 mars, Journée internationale de la femme, l’une des premières chercheuses de l’Université d’Ottawa dans le domaine des femmes entrepreneures affirme qu’il y a lieu de se réjouir en ce qui concerne la place des femmes dans le monde des affaires, mais que le Canada a encore du chemin à parcourir pour atteindre l’équité homme-femme.

Selon Catherine Elliott, professeure adjointe à l’École de gestion Telfer, la proportion de femmes propriétaires d’une PME (47 %) est à peu près stable depuis 10 ans. Entre 2001 et 2011, le nombre de femmes qui se sont lancées en affaires a augmenté de 23 %, comparativement à une hausse de 14 % chez les hommes. Cette statistique est à la fois bonne et mauvaise, d’après la professeure Elliott, car elle indique que beaucoup de femmes sont capables de démarrer une entreprise, mais qu’il y a des limites à la croissance de ces entreprises.

Mme Elliott et sa collègue, la professeure Barbara Orser, vice-doyenne de l’École de gestion Telfer, rédigent en ce moment un ouvrage sur les entrepreneures féministes, des femmes qui démarrent une entreprise notamment pour outiller d’autres femmes. Leur livre devrait paraître en 2015 aux presses de l’Université de Stanford. Mme Orser a dirigé le Groupe de travail pour la croissance des entreprises appartenant à des femmes, consortium impartial fondé en 2009, dont le mandat consiste à élaborer un plan directeur pour promouvoir les femmes entrepreneures canadiennes. Les travaux de ce groupe ont notamment donné lieu à une recommandation visant à élargir le réseau canadien de centres régionaux d’entrepreneuriat axés sur les femmes, dans le but d’offrir de la formation et du soutien spécialisés aux femmes entrepreneures.

Consultez l'article original en ligne. [Ce lien n'est plus disponible]


© 2020 École de gestion Telfer, Université d'Ottawa
Politiques  |  Urgences

alert icon
uoAlert