Passer au contenu principal
 
 
 
 

Walid Ben-Amar Le rendement d’une entreprise est-il lié à la composition de son conseil d'administration? En ce qui a trait aux entreprises familiales, la diversité des conseils d’administration tend à encourager de meilleures prises de décisions stratégiques. Par contre, selon les résultats d’une étude basée sur 289 décisions concernant les fusions et acquisitions par les entreprises canadiennes entre les années 2000-2007, on observe cet effet seulement aux niveaux inférieurs.

« Un haut niveau de diversité au sein d’un conseil d’administration peut nuire aux décisions stratégiques en supprimant les avantages d’une gouvernance resserrée – c.-à-d. la cohérence, la fidélité et l’orientation à long terme, » dit le professeur Walid Ben-Amar de l’École Telfer, qui a publié les résultats de cette enquête dans la revue British Journal of Management.

M. Ben-Amar et son équipe de cochercheurs, de HEC Montréal, démontrent que la diversité au niveau du conseil d’administration est généralement une bonne chose qui a pour effet d’augmenter le niveau d'ouverture et la qualité analytique des décisions. Cependant, les chercheurs soulignent qu’il convient de considérer la structure de propriétaire, l’industrie, les risques, et le modèle d’affaires de chaque entreprise dans le choix de pratiques optimales de gouvernance.

« Le portrait général qui en ressort est qu’un équilibre est nécessaire entre contrôle et liberté au moment de la sélection des membres du conseil d’administration. La bonne gouvernance est probablement davantage liée à la création d’un tel équilibre qu’à l’application de règles spécifiques. »

Cette recherche utilise les concepts de « diversité démographique » et de « diversité réglementaire ». DD constitue la culture, nationalité, genre et l’expérience des directeurs. SD désigne les lois et normes de pratique qui mettent l’accent sur l’indépendance du conseil par rapport à la gestion.

Les données confirment que généralement l’effet d’un haut niveau de diversité n’est pas toujours positif pour tous les types d'entreprises en ce qui a trait aux décisions stratégiques. De plus, on remarque que DD a une association claire, non linéaire sur le rendement par rapport aux fusions et acquisitions, tandis que l’influence de SD est assez limitée.

M. Ben-Amar explique : « Notre recherche suggère que plutôt d’appliquer des règles strictes, les régimes réglementaires devraient encourager les entreprises à composer leurs conseils d’administration conformément à leur propre organisation et à leur propre caractère financier afin d’atteindre un niveau optimal de diversité. »


© 2020 École de gestion Telfer, Université d'Ottawa
Politiques  |  Urgences

alert icon
uoAlert