Passer au contenu principal
 
 
 
 

La recherche menée par Wojtek Michalowski démontre le potentiel qu'offre l'utilisation d'outils sophistiqués d'aide à la décision pour la gestion des patients atteints de plusieurs maladies. Elle tombe au moment où se tiennent d'importantes discussions dans le domaine des soins de santé au sujet de thèmes liés à la prise de décisions assistée par la technologie et à l'utilisation de lignes directrices propres aux maladies pour la gestion de cas complexes.

« Du point de vue médical, il s'agit d'une question super importante », affirme M. Michalowski, professeur en informatique de la santé à l'École de gestion Telfer. « Il existe des preuves solides démontrant que l'utilisation de lignes directrices améliore les soins aux patients. Mais pour les patients atteints de maladies comorbides, aux prises avec plusieurs pathologies, ces lignes directrices ne peuvent pas toujours être appliquées directement. L'utilisation concomitante de plusieurs lignes directrices peut présenter un risque d'effets indésirables sur la santé, y compris des interactions néfastes médicament-médicament ou médicament-maladie ».

Donc, M. Michalowski et son équipe collaborent avec des médecins en milieu hospitalier pour élaborer des algorithmes qui permettront l'exécution automatique de plusieurs lignes directrices; « de pair avec une atténuation automatique dans les cas où il y a présence d'interactions néfastes ».

L'objectif ultime de cette recherche, laquelle est financée par le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG), peut être illustré par un scénario bien simple : un patient atteint de trois maladies comorbides dont le cas complexe est géré par une unité de soins médicaux. Les recommandations de pratique clinique (RPC) pour ces maladies sont automatiquement récupérées; les données sur le patient enregistrées dans le dossier de santé électronique (DSE) sont consultées; et les algorithmes élaborés par M. Michalowski et son équipe revoient automatiquement les RPC et génère des lignes directrices entièrement personnalisées, propres au patient, ce qui permet au médecin d'établir une thérapie cohérente pour le patient.

Certaines études démontrent que les personnes qui sont atteintes d'au moins deux maladies comorbides représentent plus de la moitié de la population de 65 ans et plus. « Pour ces patients, l'absence de méthodes permettant de faciliter l'application concomitante des recommandations limite grandement leur emploi dans la pratique clinique », affirme M. Michalowski. « La façon de résoudre ce problème constitue la plus grande difficulté en ce qui concerne le soutien au processus décisionnel clinique ».

Le professeur Michalowski présentera cette recherche dans le cadre du prestigieux symposium annuel de la American Medical Informatics Association (AMIA), qui se tiendra à Washington D.C. du 15 au 19 novembre.  Ses collègues et lui ont été nommés par le Comité scientifique de l'AMIA 2014 pour l'obtention d’un prix Distinguished Paper Award; leur article est l'un des 15 articles sur 249 qui ont été acceptés pour recevoir cet honneur.


© 2020 École de gestion Telfer, Université d'Ottawa
Politiques  |  Urgences

alert icon
uoAlert