Passer au contenu principal
 
 
 
 

Photo de Hong, étudiante à Telfer Hong Qiu est étudiante au doctorat à l’École de gestion Telfer. Ses recherches portent sur la façon dont les organismes publics traitent les tensions et les conflits qui surgissent lorsqu’ils cherchent à innover. À la suite d’un cours sur les entreprises familiales, Hong Qiu s’est aperçue que ces entreprises sont amenées à vivre de nombreux différends en raison de la dynamique familiale qui s’infiltre dans l’entreprise.

« J’étais intriguée, et j’ai décidé de fouiller le sujet pour mieux comprendre la façon dont les conflits se manifestent au sein des entreprises familiales et la manière dont celles-ci réagissent aux différents types de conflits. »

À la suite de ses recherches, Hong Qiu a rédigé son tout premier article, copublié avec le professeur titulaire Mark Freel, son directeur de thèse, dans Family Business Review.

Chicanes de famille au sein d’entreprises familiales

L’intervention des proches dans une entreprise familiale peut constituer une importante source de conflits au sein de ces entreprises. Très souvent, les tensions s’aggravent au cours du processus de relève, car il arrive souvent que les membres de la famille se déchirent au sujet de l’administration future de la firme. La populaire série télévisée Succession a montré que les conflits ont parfois des conséquences terrible importantes pour l’entreprise, la famille ou les deux. Malheureusement, la réalité dépasse parfois la fiction.

Prenons par exemple le célèbre cas des Allemands Adolf et Rudolf Dassler. Il y a près de 100 ans, les deux frères fondent une société de chaussures. Toutefois, incapables de concilier leurs différences personnelles et d’atténuer les tensions, ils décident de partir chacun de leur côté dans les années 1940 : Adolf fonde Adidas, et Rudolf, Puma. Leur rivalité persistera pendant plus de 70 ans et divisera même le village où les deux usines sont construites — chacune de leur côté de la rivière. Les frères Dassler ne se sont jamais réconciliés.

Tous les conflits au sein d’entreprises familiales ne se terminent pas aussi dramatiquement. Les Clarks, qui ont fondé eux aussi une entreprise de chaussures, constituent un bel exemple de famille ayant réussi à surmonter ses différends et à perdurer. Dans les années 1990, lorsque les chaussures asiatiques à prix abordable commencent à inonder le marché, l’entreprise britannique traverse une grave crise qui divise la famille en deux camps : ceux qui veulent vendre et ceux qui ne le veulent pas. Il est finalement décidé que l’entreprise resterait entre les mains de la famille, mais qu’un cadre externe serait embauché pour la diriger. C’est ainsi que la famille a réussi à surmonter les conflits internes, à améliorer les communications et les processus décisionnels, et à faire croître les profits de l’entreprise.

Types de conflits les plus fréquents au sein d’entreprises familiales

Hong Qiu a passé en revue plus de 90 études sur le sujet. Elle a constaté que les types de conflits suivants étaient les plus fréquents au sein d’une entreprise familiale :

  • Conflits d’intérêts – Le fondateur ou le propriétaire de l’entreprise, les dirigeants et les actionnaires sont divisés sur un sujet, ce qui entraîne un conflit dans lequel leurs intérêts et leurs priorités divergent.
  • Dissociation entre le travail et la vie familiale – Il s’agit du chevauchement inévitable entre le rôle au sein de la famille (parent, enfant, beau-frère ou belle-sœur) et le poste au sein de l’entreprise (propriétaire, gestionnaire, employé). Il est souvent difficile de dissocier la vie familiale et l’entreprise lorsque deux membres entrent en conflit, personnel ou autre.
  • Conflit relationnel – Les membres de la famille sont attachés les uns aux autres sur le plan émotif. S’ils ne sont pas en accord avec les intentions ou le comportement d’un autre membre, cette incompatibilité risque de déclencher des émotions négatives, comme l’hostilité, l’irritation et la frustration.

Stratégies de prise en charge des conflits : avantages et inconvénients

Toute stratégie de prise en charge des conflits a ses avantages et ses inconvénients. Son efficacité dépend souvent du contexte :

  • Souvent considéré comme une stratégie négative, l’évitement des conflits peut en fait aider les membres de la famille à se calmer avant de discuter du problème.
  • La collaboration est fréquemment perçue comme une stratégie qui ne fait que des gagnants, mais celle-ci exige beaucoup de temps, de volonté et d’habiletés interpersonnelles. Il ne s’agit peut-être pas de la meilleure option si le conflit exige une intervention immédiate ou si la culture organisationnelle de la famille n’est pas solidaire.

Contribution de la recherche

Les chercheurs tablent souvent sur les observations pratiques pour aborder les façons dont les familles interviennent en cas de conflits familiaux au sein de l’entreprise. Hong explique que cette méthode donne souvent un instantané des conflits, mais ne permet pas de brosser le tableau complet.

« L’orientation à long terme des entreprises familiales oblige les chercheurs à adopter une démarche exhaustive dans leur étude des conflits de famille. Ce type de méthode permet de mieux comprendre les causes fondamentales des conflits imbriqués et l’utilisation d’une stratégie particulière pour obtenir les résultats souhaités. »

Un conflit parent-enfant peut entraîner le congédiement de l’enfant compétent qui a été choisi pour diriger l’entreprise. Une telle situation peut pousser d’autres gestionnaires à également quitter l’entreprise, ce qui peut affecter négativement son rendement. En contrepartie, lorsque les chercheurs analyse ce processus au fil du temps, ils découvrent parfois que c’est le faible rendement de la firme qui est à l’origine du différend entre le parent et l’enfant.

Les causes d’un conflit au sein des entreprises familiales, la façon dont la famille traite ce conflit et les résultats de leurs décisions ne sont pas si simples. C’est pourquoi Hong a choisi d’adopter le point de vue du traitement du conflit. Très peu de chercheurs ont étudié les différents types de conflits, les stratégies de prise en charge du conflit et la façon dont l’un influe sur l’autre.

Conseils pratiques pour les professionnels et les dirigeants d’entreprises familiales

Il est conseillé à tous ceux et celles qui travaillent dans une entreprise familiale :

  • d’examiner les avantages et les inconvénients des stratégies de prise en charge des conflits que les auteurs indiquent dans le tableau 3 de leur article;
  • de choisir la stratégie de prise en charge des conflits qui contribuera à réduire les dommages potentiels;
  • d’essayer plusieurs stratégies de prise en charge des conflits au sein d’une entreprise familiale, plutôt que d’en choisir une seule; et
  • d’adapter sa stratégie au fil du temps, en fonction de l’évolution des conditions de l’entreprise familiale pour laquelle on travaille.

Pour lire l’article complet : Qiu, Hong et Mark Freel, « Managing Family-Related Conflicts in Family Businesses: A Review and Research Agenda », Family Business Review.


Par Lidiane Cunha

© 2020 École de gestion Telfer, Université d'Ottawa
Politiques  |  Urgences

alert icon
uoAlert