Passer au contenu principal
 
 
 
 

Chez les personnes aux prises avec une maladie mentale grave, le risque d’hospitalisation – voire de décès – en raison de problèmes de santé chroniques est bien réel; les fournisseurs de soins de santé de première ligne doivent ainsi veiller à ne pas négliger ces problèmes. En moyenne, les personnes atteintes d’une maladie mentale grave vivent 30 % moins longtemps que le reste de la population.

Les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) viennent d’accorder près d’un million de dollars sur cinq ans au projet de recherche « Soins primaires aux personnes atteintes d’une maladie mentale grave » dirigé par l'École de gestion Telfer à l’Université d’Ottawa. Ses travaux chercheront à déterminer comment les fournisseurs de première ligne peuvent offrir de meilleurs soins de santé primaires aux personnes qui vivent avec une maladie mentale grave. La professeure Agnes Grudniewicz et l'équipe de recherche aspirent à mieux décrire l’expérience de cette population et le type de services de santé qu’elle utilise pour suggérer des améliorations au système de soins primaires.

Visualiser le communiqué de presse complet.

© 2020 École de gestion Telfer, Université d'Ottawa
Politiques  |  Urgences

alert icon
uoAlert