Passer au contenu principal
 
 
 
 

La professeure Jane O’Reilly réalisera une étude sur les réactions des tiers face au harcèlement sexuel en milieu de travail. Les recherches antérieures sur le harcèlement sexuel au sein des organisations s’intéressaient à juste titre au rôle des auteurs, des victimes et de la direction, s’arrêtant comparativement très peu à celui des tiers. Mais comme les victimes de harcèlement sexuel n’empruntent pas les mécanismes officiels dont disposent leur organisation pour s’attaquer à ce type de maltraitance et la prévenir, toute recherche de nature à nous éclairer sur les raisons de l’aide de certains tiers lorsqu’ils sont témoins de harcèlement sexuel ou apprennent qu’il s’en commet pourrait enrichir grandement la littérature.

En outre, les recherches antérieures sur les tiers étudiaient d’artificiels cas hypothétiques pour mesurer les intentions ou se demandaient pourquoi les tiers blâmaient au lieu d’aider les victimes de ce type de maltraitance. Cette étude étoffera la littérature en mesurant le comportement réel des tiers et en déterminant à l’aide de sondages auprès des employés et de leurs superviseurs pourquoi ils viennent en aide aux victimes. Jane O’Reilly, professeure adjointe en comportement organisationnel, étudiera à leurs réactions le regard moral des tiers pour savoir comment leurs attributs moraux se conjuguent à leur attitude face au genre et au sexisme de même qu’aux caractéristiques organisationnelles (climat à l’égard du comportement sexuel, mécanismes de justice en matière de procédure) pour les amener à réagir de manière constructive.

Le projet sera financé par une subvention du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH). D’un point de vue pratique, cette recherche éclairera les organisations sur la façon de mettre les tiers à contribution pour s’attaquer constructivement au harcèlement sexuel. La professeure O’Reilly entend également intégrer la recherche à son enseignement en offrant notamment un cours avancé de premier cycle en santé et sécurité au travail assorti d’un volet sur le harcèlement sexuel.

© 2020 École de gestion Telfer, Université d'Ottawa
Politiques  |  Urgences

alert icon
uoAlert