Passer au contenu principal
 
 
 
 

Le 11 septembre dernier, l’École de gestion Telfer a tenu un groupe de discussion modéré intitulé Accepter la complexité dans le secteur de la santé : Leadership et élaboration des politiques dans un système compliqué. Ce Forum Telfer a réuni des leaders de la santé et des universitaires qui ont expliqué pourquoi les gestionnaires en santé devraient éviter de chercher des solutions simplistes aux problèmes que connaissent les systèmes de santé.

Agnes Grudniewicz (professeure adjointe, École de gestion Telfer, Université d’Ottawa) a ouvert la discussion en présentant quelques théories de la complexité et en nous indiquant en quoi l’approche de la complexité est bénéfique pour les organismes de santé.

Robert Geyer (professeur, Université de Lancaster) a pour sa part expliqué que « l’approche de la complexité », loin d’être uniquement une étiquette de fantaisie, offrait aux organismes de santé un esprit critique qui leur permettait de remettre en question les réponses et les solutions faciles aux difficultés du système de santé. « Les gestionnaires de la santé ont souvent de difficiles décisions à prendre quant à la priorité qu’ils doivent accorder aux programmes compte tenu de leurs ressources limitées, a-t-il confié. Qu’est-ce qui est plus important ? Les bébés prématurés ou les patients atteints de cancer ? Il est important de comprendre que la route vers l’équilibre parfait est parsemée d’embûches. »

Jenna Evans (chercheure, Planification et programmes régionaux, Action Cancer Ontario) a insisté sur l’importance du rôle du leadership au sein des organismes de santé. Par ailleurs, l’approche de la complexité en matière de santé exige aussi un nouveau type de leadership : « L’approche demande un leadership qui n’impose pas. Ce qui ne veut pas dire, cependant, que les gestionnaires de la santé doivent mettre le pilote automatique et laisser le système évoluer et s’organiser seul. Le style de leadership nécessaire en est un qui facilite et soutient le changement dans un système en constante mutation. »

Enfin, Akos Hoffer (chef de la direction, Centre de santé Perley et Rideau pour anciens combattants) a conclu la discussion en nous faisant découvrir les réalités des dirigeants d’un organisme au sein du complexe système de santé. Il a abordé l’importance de l’innovation et de la prise de risques, et nous a également parlé du chemin qu’il a parcouru pour s’attaquer aux écueils de la satisfaction des besoins particuliers des patients qui nécessitent des services d’un autre niveau de soin et des aînés fragiles.

Les panelistes Agnes Grudniewicz, Robert Geyer Jenna Evans, et Akos Hoffer et la modératrice Lysanne Lessard Professeur de Tefler et deux etuadiants Vice-Doyen de recherche parle Professeurs et professures de Telfer

© 2020 École de gestion Telfer, Université d'Ottawa
Politiques  |  Urgences

alert icon
uoAlert