Passer au contenu principal
 
 
 
 

par Lidiane Cunha

Les Nations Unies et la transformation numérique

Les organisations humanitaires et internationales comme l’Organisation des Nations Unies (ONU) se tournent de plus en plus vers les technologies pour innover, ce qui pourrait aussi accroître les répercussions sociales de leurs actions. En 2018, l’ONU a lancé une nouvelle stratégie promouvant l’utilisation de l’intelligence artificielle, des chaînes de blocs et d’autres technologies numériques pour améliorer les services offerts à des millions d’organisations et de personnes partout dans le monde.

On s’attend à ce que d’ici la fin 2020, 40 des 63 agences onusiennes soient en mesure d’implanter certains de ces outils numériques pour accélérer la mise en œuvre du Programme de développement durable à l’horizon 2030, un appel à l’action sans précédent visant à protéger l’environnement, éradiquer la pauvreté et améliorer les conditions de vie à l’échelle de la planète.

L’accélération de la transformation numérique au sein d’organisations qui résistent au changement présente toutefois de nombreux défis. Les gestionnaires et autres intervenants au sein des agences onusiennes doivent souvent composer avec la complexité des systèmes administratifs et la lenteur des processus décisionnels, de même qu’avec les tensions qu’engendrent parfois les négociations entourant l’affectation des ressources. De tels défis peuvent compliquer la multiplication des initiatives novatrices au sein des agences. Les agences de l’ONU peuvent-elles prendre le virage numérique pour innover, comme tant d’autres l’ont déjà fait? Comment les agents d’innovation peuvent-ils simplifier les processus au sein de ces énormes bureaucraties tout en gérant efficacement les tensions qui en découlent? Que pouvons-nous apprendre de cette expérience de transformation?

Les objectifs de la recherche

Saouré Kouamé, professeur adjoint à l’École de gestion Telfer, a reçu une subvention de développement Savoir du Conseil de recherches en sciences humaines pour répondre à certaines de ces questions cruciales, en collaboration avec des collègues de Suisse et de Singapour. En examinant les pratiques innovantes mises en place par les agences onusiennes, l’équipe espère :

  • faciliter la transformation numérique de l’ONU, une organisation pour qui l’innovation pose des défis de taille;
  • cerner les meilleures pratiques pour accélérer la mise en œuvre de stratégies de transformation numérique dans les processus de décision et d’affectation des ressources d’agences humanitaires;
  • contribuer aux échanges scientifiques portant sur l’innovation sociale et inclusive au sein de la communauté internationale.

Titre du projet: In Search of Greater Social Impacts: The Challenge of Innovation in UN Agencies

Retombées potentielles

« Nous croyons qu’il s’agit d’une occasion unique d’appréhender le processus d’innovation au sein d’une agence onusienne. Nos résultats permettront également de mettre en lumière la façon dont les organisations de premier plan se tournent vers les technologies numériques pour répondre aux enjeux mondiaux les plus fondamentaux », explique le professeur Kouamé.

L’équipe de recherche fera part de ses principales conclusions à des agences onusiennes basées à Ottawa et à Genève, de même qu’à des représentants gouvernementaux travaillant de concert avec l’ONU. Ce partage d’information permettra aux agences d’améliorer leurs processus de transformation numériques, et aux représentants gouvernementaux de mieux comprendre et soutenir les pratiques innovantes émergentes au sein de celles-ci.


Renseignez-vous sur les subventions de développement Savoir du Conseil de recherches en sciences humaines.

© 2020 École de gestion Telfer, Université d'Ottawa
Politiques  |  Urgences

alert icon
uoAlert