Passer au contenu principal
 
 
 
 

Les changements climatiques menacent notre existence. Selon la page de la NASA Vital Signs of the Planet, le taux de dioxyde de carbone n’a jamais été aussi élevé au cours des 650 000 dernières années. Les températures augmentent, comme en témoigne l’enregistrement des 19 années les plus chaudes sur la planète depuis l’an 2000, et les températures océaniques les plus élevées jamais répertoriées ces 20 dernières années. Le réchauffement terrestre s’accélérera, et les sociétés devront s’adapter pour survivre. Il importe donc de faire front pour en atténuer les conséquences dévastatrices.

La professeure Daina Mazutis a reçu une subvention Savoir du Conseil de recherches en sciences humaines pour étudier les façons dont des entreprises de construction et de développement urbain du monde entier tentent de freiner les changements climatiques en intégrant des objectifs zéro déchet et zéro carbone à leurs processus de planification. Ses travaux aideront à comprendre pourquoi et comment ces sociétés parviennent à donner la priorité à la lutte contre les changements climatiques, et comment d’autres peuvent favoriser la durabilité en matière de conception et de développement des villes.

Titre du projet : Getting to One Planet Living: How construction and development leaders are tackling climate change

Nous avons demandé à la professeure Mazutis pourquoi ce projet était important pour elle :

« Selon l’Organisation des Nations unies (ONU), 230 milliards de mètres carrés de nouvelles constructions seront ajoutés au paysage bâti d’ici 40 ans. C’est l’équivalent d’une nouvelle ville de Paris chaque semaine. Et pourtant, le secteur de la construction et du développement urbains est reconnu pour son manque d’empressement à adopter des normes de construction durable. Il est donc capital de comprendre le rôle des entreprises dans l’établissement de communautés respectant les principes du cadre One Planet Living pour bâtir un avenir plus durable. » 

Développement urbain durable

La lutte contre les changements climatiques est une responsabilité commune. Les personnes, les organisations et les nations doivent prendre des décisions responsables pour réduire leur empreinte carbone; chaque petit geste compte. Selon l’ONU, à l’échelle mondiale, les villes et les zones urbaines sont à l’origine d’environ 70 % des émissions de dioxyde de carbone, et plus de 60 % de la population mondiale (plus de 5 milliards de personnes) vivront en ville d’ici 2030. Il faut des villes et des communautés durables pour garantir l’accès à des infrastructures et à des services adéquats, réduire la pollution de l’air et empêcher l’urbanisation incontrôlée, autant de facteurs qui exacerbent le réchauffement climatique.

Malgré l’urgence d’agir, de nombreuses organisations tardent à modifier leurs politiques. Pourquoi? Et pourquoi, en dépit de l’immobilisme général, d’autres acceptent de relever le défi et de se réinventer? Le secteur de la construction et du développement en est un bel exemple. L’urbanisation rapide fait augmenter les émissions de gaz à effet de serre, mène à la détérioration des conditions socio-économiques et accroît les problèmes de santé publique. Dans ses recherches, la professeure Mazutis comparera 8 projets de développement urbain durable qui respectent les principes One Planet Living un peu partout dans le monde pour mieux comprendre comment les entreprises prenant part à ces projets s’y prennent pour réduire à zéro leur empreinte carbone en vue d’améliorer le futur.

Who will benefit from this research?

Les connaissances acquises dans le cadre du projet de recherche fourniront des données aux chercheurs et chercheuses, aux urbanistes et aux décisionnaires, et mettront de l’avant les initiatives de construction et de développement durables. Les personnes appelées à prendre des décisions dans les secteurs public ou privé profiteront des conclusions aussi de ces recherches pour évaluer des solutions de rechange pour les volets de conception, de planification et de construction de leurs projets. Des villes et des communautés plus durables seraient bénéfiques pour toutes les sociétés, car elles allégeraient le fardeau socio-économique des citoyennes et citoyens et amélioreraient la santé publique.

La professeure Mazutis affirme que son projet de recherche augmentera notre connaissance des mesures prises par les sociétés pour limiter les changements climatiques, puisqu’il donnera des exemples de gestes que posent certains leaders transformationnels du secteur de la construction et du développement qui adhèrent à One Planet Living. À terme, elle espère que ses travaux amèneront d’autres acteurs à miser sur la durabilité dans leurs stratégies d’affaires et que les innovations faites à cet égard permettront à l’ensemble de la population canadienne de vivre dans des communautés conçues en tenant compte de la capacité de peuplement de la terre.

Par Rania Nasrallah-Massaad


Professeure Daina Mazutis

Daina Mazutis est professeure agrégée en stratégie à l'Université d'Ottawa où elle est également titulaire d'une chaire de doctorat en éthique, responsabilité et durabilité. Sa recherche met l'accent sur le leadership, la stratégie et la durabilité. Apprenez-en davantage sur ses travaux.

© 2021 École de gestion Telfer, Université d'Ottawa
Politiques  |  Urgences

alert icon
uoAlert