Passer au contenu principal
 
 
 
 

Farhan Ahmed
Farhan Ahmed
Étudiant de 2e année en financ

Voici trois petits trucs pour vous aider à vous distinguer en entrevue.

Vous aimeriez faire carrière dans le secteur lucratif de la finance, mais n’avez travaillé que comme caissier dans un supermarché ? Vous craignez de ne pas être en mesure de répondre adéquatement à des questions d’ordre technique au cours d’une entrevue ? Lisez ce qui suit, et découvrez trois façons dont vous pouvez vous distinguer parmi un bassin de candidats qualifiés.

  1. Développez une nouvelle habileté ou obtenez une certification professionnelle

Souvent, le simple fait de posséder une habileté particulière, de détenir une certification donnée ou de présenter une compétence précise permet de se distinguer en entrevue. Voici quelques façons dont vous pouvez ressortir du lot dans votre champ de spécialisation sans faire des années d’étude ou acquérir une quelconque expérience.

  • Si vous étudiez en marketing, renseignez-vous sur le certificat en marketing numérique offert à Telfer. À l’ère des médias sociaux et du marketing par bases de données, ce programme vous apprendra à tirer pleinement parti des plateformes numériques pour atteindre votre marché cible.
     
  • Si vous avez choisi l’option des systèmes d’information de gestion et analytique d’affaires (SIGA), armez-vous de compétences en analytique de données en suivant le cours d’introduction à la certification Google Analytics. C’est entièrement gratuit ! Vous pouvez aussi vous familiariser avec un nouveau langage de programmation tel que Python, C ou Java.
     
  • Si vous étudiez en finance que vous souhaitiez bâtir une carrière dans le secteur des investissements, adressez-vous au gestionnaire du Laboratoire de recherche et d’apprentissage en finance, situé au 2e étage du pavillon Desmarais, et demandez-lui comment vous pourriez suivre le Cours sur le commerce des valeurs mobilières au Canada (CCVM) ou obtenir la certification Bloomberg Market Concepts (en anglais). Si le CCVM peut s’avérer très coûteux et exiger beaucoup de temps, il constitue une bonne base pour l’apprentissage de la matière couverte dans l’examen du CFA® (Chartered Financial Analyst®). De plus, la majorité des cabinets s’engagent de toute façon à rembourser les frais d’agrément aux candidats qu’ils embauchent: vous pouvez donc y voir une situation gagnant-gagnant !
     
  • Vous vous intéressez à la comptabilité ? Pourquoi ne pas apprendre à maîtriser des logiciels tels que Quickbooks, Sage ou SAP, simplement sur YouTube ? Ces derniers sont utilisés par la majorité des petites entreprises et des agences gouvernementales. J’ai moi-même raté un concours pour un poste de comptabilité, car l’employeur cherchait un étudiant qui savait utiliser QuickBooks.
     
  • Si vous étudiez la gestion internationale, pourquoi ne pas consacrer une part de votre temps libre à l’apprentissage d’une autre langue ? Vous pouvez aussi profiter de vos matins pour lire les nouvelles sur les marchés internationaux ou écouter des balados en vous rendant à vos cours. Vous n’en reviendrez pas de l’épatement que vous susciterez chez vos interviewers.

Ce ne sont-là que quelques exemples de ce que vous pouvez faire pour présenter un avantage comparatif par rapport aux autres candidats dans votre option ou spécialisation. Bien que ces mesures exigent une bonne dose d’autoapprentissage et de discipline, vous en retirerez des avantages inestimables.

  1. Lisez des ouvrages spécialisés et glissez-les dans la conversation pendant l’entrevue

Le fait que vous ayez lu des ouvrages spécialisés montre que vous avez soif d’apprendre, même en dehors de votre charge de cours. C’est aussi un excellent moyen de montrer à vos interviewers que vous connaissez bien un secteur d’activité donné, bien que vous n’ayez pas travaillé dans ce secteur.

Attendez ! Il y a plus !

En lisant régulièrement, vous enrichirez votre vocabulaire, ce qui contribuera à renforcer vos aptitudes de communication. Vous aurez ainsi une longueur d’avance sur les autres candidats, puisque vous saurez vous exprimer avec plus d’assurance et de sophistication.

Parmi les classiques qui devraient figurer à la liste de lectures de tout étudiant en gestion, notons : L’investisseur intelligent, de Benjamin Graham, De la performance à l’excellence, de Jim Collins, Comment se faire des amis et influencer les autres, de Dale Carnegie, et Le management multiplicateur, d’Andrew S. Grove.

Je suis persuadé qu’après avoir lu ces ouvrages, vous serez en mesure de répondre habilement aux questions de nature technique que l’on vous posera en entrevue.

Naturellement, vous n’avez pas à vous limiter aux livres. Je me souviens d’avoir fait allusion à l’émission Suits (Suits : Les deux font la paire en français) dans ma réponse à une question d’entrevue.

  1. Faites un suivi après votre entrevue

Avez-vous déjà entendu parler de l’effet de position sérielle ? Les gestionnaires recruteurs effectuent généralement des entrevues individuelles, et prennent une décision après avoir évalué tous les candidats. La recherche indique que le cerveau humain tend à se souvenir davantage de la première interaction (effet de primauté) et de la dernière interaction (effet de récence) que de celles survenues entre les deux. La probabilité que vous passiez à l’étape suivante du processus de recrutement dépend donc non seulement de votre mérite, mais aussi de la mesure dans laquelle le gestionnaire recruteur se souvient de votre évaluation.

Voilà pourquoi une étape cruciale de votre recherche d’emploi consiste à effectuer un suivi auprès des interviewers après une entrevue. Il suffit, par exemple, de leur envoyer un petit courriel pour les remercier de leur temps. Cela leur rafraîchira la mémoire et, grâce à l’effet de récence, ils tendront davantage à retenir votre nom subconsciemment.

Vous en apprendrez davantage à ce sujet dans le cadre du cours Comportement organisationnel, en 2e année.

Enfin, rappelez-vous que les employeurs savent que vous en êtes à vos débuts. Cela signifie qu’ils seront épatés par votre interprétation de la notion d’expérience et de la manière dont leurs questions font écho chez vous. Mon conseil : soyez vous-même, demeurez honnêtes et recourez aux stratégies ci-dessus pour une impression du tonnerre ! Bonne chance !


© 2020 École de gestion Telfer, Université d'Ottawa
Politiques  |  Urgences

alert icon
uoAlert