L'article suivant a été écrit par un membre de notre communauté étudiante. Les points de vue et opinions exprimés dans ce blog sont ceux des auteurs et ne reflètent pas nécessairement la politique ou la position officielle de l'École de gestion Telfer. Pour plus d'informations ou pour signaler un contenu inapproprié, veuillez nous contacter.


Force est de constater que l’entrepreneuriat s’est imposé au fil de l’évolution de la société comme étant un moteur de nos économies modernes. Suivant les différents progrès réalisés en matière de droits et d’émancipation de la femme dans le monde, ce n’était qu’une question de temps avant que la femme se lance à la conquête du monde entrepreneurial. 

Alors que nous célébrons en mars la Journée internationale des droits des femmes et faisons le bilan sur la place qu’elle occupe au sein de nos sociétés, laissez-moi vous partager ma pensée d’étudiante en business sur l’entrepreneuriat féminin. 

L’entrepreneuriat féminin : qu’est-ce que c’est? 

Des étudiants et étudiants autour d'une table de conférence qui écoute une professeure à l'avant au tableau L'entrepreneuriat, il me semble, est l’un de ces termes que l’on entend à tout bout de champ sans réellement savoir comment le définir. Pour ceux et celles qui s'identifient à ce que je viens de dire, laissez-moi vous filer un petit coup de main. L’entrepreneuriat se définit comme la création d’une activité économique pour atteindre un objectif et dont la conséquence première est la création de valeur. 

Maintenant que nous comprenons mieux la notion, qu’en est-il de l’entrepreneuriat féminin? Cela se définit comme étant la création et le développement d’activités économiques, mais tout simplement par des femmes. Que ce soit pour des raisons personnelles telles que l’accomplissement de soi, la recherche d’un meilleur équilibre travail-vie personnelle, ou encore des motivations économiques comme la hausse des revenus, de plus en plus de femmes décident d’échanger leur 9 à 5 pour la vie d’entrepreneure. 

Selon les données de la Banque mondiale, il est admis qu’à l’échelle globale, une entreprise sur trois est détenue par une femme. Au Canada, plusieurs entreprises appartenant à des femmes opèrent majoritairement dans les secteurs du service tels que l’hébergement, le commerce de détail et les services de restauration et de tourisme. 

À la découverte de l’entrepreneuriat 

D’aussi loin que je me souvienne, entreprendre a toujours été une chose à laquelle j’aspirais avant même d’être en mesure de définir la notion. Ayant été élevée par une mère multitâche et à la tête de plusieurs petites entreprises, j’ai développé ma personnalité avec ce modèle de femme entreprenante et indépendante, ce qui explique probablement mon choix aujourd’hui d’étudier dans une école de gestion. 

À l’adolescence, lorsque j’ai eu mes premières idées de projets, bien que j’étais alors loin de m’imaginer les enjeux de l’entrepreneuriat féminin, j’étais rassurée à l’idée de vivre dans un monde en constante évolution. C’est en grandissant, et en rencontrant sur mon chemin des femmes entrepreneures, dont certaines amies qui ont choisi cette voie, que j’ai réellement pris conscience de la réalité de l’entrepreneuriat féminin. Cela m’a permis de : 

  • Découvrir un milieu en développement marqué par des enjeux importants. C’est le cas par exemple du financement, qui est encore difficile d’accès pour les femmes entrepreneures. En effet, sur la base de stéréotypes socioculturels, elles manquent de crédibilité, ce qui nuit bien sûr à leur productivité.
  • Comprendre l’importance de l’entrepreneuriat féminin non seulement pour son impact dans le combat des femmes, mais aussi pour les perspectives de croissance économique que cela représente pour les nations.

Que signifie l’entrepreneuriat féminin pour moi aujourd’hui? 

Le bas du visage d'une femme en mode entrevue à l'écoute avec un crayon sous le menton Tout d’abord, étant moi-même une fervente partisane du leadership féminin, je vois en l’entrepreneuriat une manière pour les femmes d’affirmer leur position de leader, de prouver leurs capacités managériales et ainsi de détruire tous les clichés et stéréotypes qui ont longtemps influencé la société. 

De plus, désormais en dernière année de mon programme de B.Com., je sens le monde du travail se rapprocher de moi à grands pas, d’où ma sensibilité grandissante à la lutte de la cause féminine dans le milieu, et surtout dans le domaine de l’entrepreneuriat vers lequel je compte me diriger un jour. 

Tout étudiant diplômé aimerait être en mesure d’obtenir la chance d’appliquer ce qu’il a appris et de réussir dans ce qu’il entreprendra. Il est important que ces chances demeurent égales pour chacun et chacune d’entre nous. 

 

Je vois donc en l’entrepreneuriat féminin une source d’opportunités que les femmes peuvent largement exploiter si on leur remet les clés nécessaires pour le faire. Il s’agit d’un secteur en développement où les femmes sont encore confrontées à des inégalités qu’il faut combattre afin de leur permettre d’atteindre leur plein potentiel. La prise de conscience mondiale pour changer les choses, et le développement de plus en plus nombreux de groupes associatifs apportant leur soutien aux femmes entrepreneures présagent peut-être le début d’un changement prometteur. Du moins, c’est ce qu’on espère!