L'article suivant a été écrit par un membre de notre communauté étudiante. Les points de vue et opinions exprimés dans ce blog sont ceux des auteurs et ne reflètent pas nécessairement la politique ou la position officielle de l'École de gestion Telfer. Pour plus d'informations ou pour signaler un contenu inapproprié, veuillez nous contacter.


Lorsqu'on est au lycée, il est difficile pour tous, et particulièrement pour les étudiants internationaux, de trouver le programme d'étude universitaire qui nous convient le plus. Face à la multitude de possibilités qui s'offrent à nous, aussi bien en terme de programme d'étude que du choix de la ville et de l'université, cette tâche s'avère stressante et éprouvante. Pour ma part, je viens de la Côte d'Ivoire en Afrique de l'ouest, et je suis venu au Canada pour la première fois en 2017 pour y faire mes études.

À ce moment – et je pense que c’est le cas pour beaucoup d’étudiants – je n’avais aucune idée de ce que je voulais faire plus tard, que ce soit pour ma future carrière ou pour mes études universitaires. Je me contentais d’avoir de bonnes notes sans vraiment me rendre compte que seulement quelques années me séparaient de l’université. Arrivé en dernière année de lycée, j’ai commencé à ressentir la pression lorsqu’il a fallu que je choisisse une université et un programme d’étude, et cela n’a pas été de tout repos.


Trouver mon programme

Groupe d'étudiants de Telfer traversant la rue et souriant sur le campus de l'Université d'Ottawa Au départ, le choix de l’université s’est fait assez facilement. Mon frère était déjà étudiant à l’Université d’Ottawa, alors c’était le choix évident pour moi également. Cependant, le plus grand défi a été de me trouver un programme d’étude. Pendant mes recherches, je me suis rendu compte que l’une des choses que j’aimais le plus faire pendant mon temps libre était de lire et de me renseigner sur les entreprises et leurs fondateurs, non pas pour les activités et les services qu’elles offraient, mais surtout pour leur histoire et le processus ayant conduit au succès de ces entreprises.

La seule option qui, selon moi, se rapprochait de cet intérêt était de faire des études en gestion. Je me suis donc inscrit à Telfer en management en ayant à l’esprit d’être un jour mon propre patron. Au bout d’une année d’étude, j’ai appris qu’il y avait une option complémentaire en entrepreneuriat dans ma faculté. C’était une option parfaite pour moi, d’autant plus que les choix de cours étaient liés à mes champs d'intérêt et qu’elle me permettait de finir mon bac dans le même temps. J’ai donc complété mon inscription et ça a été pour moi un pas de plus dans mon parcours universitaire vers la carrière que je souhaite bâtir.

Aujourd’hui, en 3e année du bac, après avoir débuté mes cours de l’option, je peux affirmer que mon ambition d’entrepreneuriat se confirme de jour en jour. L’aspect pratique de ces cours était ce qui me manquait dans la plupart de mes cours théoriques. J’ai eu l’occasion, par exemple, d’analyser un film relatant la vie d’un entrepreneur, de participer à une conférence sur l’entrepreneuriat, et même de rencontrer un entrepreneur avec qui j’ai discuté de son parcours dans le but de rédiger un rapport.  

D’une passion à une carrière 

Groupe d'étudiants de Telfer qui discutent et étudient ensemble sur les sofas du salon étudiant au pavillon Desmarais Toutes ces activités étaient des choses que j’avais l’habitude de faire ou que j’ai toujours voulu faire et j’estime que cela me permettra de développer des compétences importantes comme le travail d’équipe, la créativité ou l’esprit d’initiative qui, à la longue, me seront très utiles lorsque je me lancerai en affaires.

Pour le moment, bien que je n’aie pas encore trouvé mon idée d’entreprise, je suis déterminé et je sais qu’un jour j’atteindrai mes objectifs. On s'en reparlera un jour!