L'article suivant a été écrit par un membre de notre communauté étudiante. Les points de vue et opinions exprimés dans ce blog sont ceux des auteurs et ne reflètent pas nécessairement la politique ou la position officielle de l'École de gestion Telfer. Pour plus d'informations ou pour signaler un contenu inapproprié, veuillez nous contacter.


 Après mes études secondaires dans la région du Grand Toronto, j’ai choisi de m’inscrire à l’École de gestion Telfer, ici, à Ottawa. Je suis maintenant étudiant de troisième année au baccalauréat en commerce, avec spécialisation en gestion des technologies d’affaires et en marketing. Pour un élève de Markham, dans la région du Grand Toronto, les choix pour aller étudier dans le centre de l’Ontario ne manquent pas.

 À l’école Telfer, l’une des choses que j’apprécie le plus, c’est le sentiment d’appartenance à la collectivité, mais je ne me doutais pas qu’il serait aussi fort. Ici, la collectivité reconnaît les étudiants très performants et les soutient en faisant appel à eux, tandis que mes amis d’autres écoles ont l’impression d’être de simples numéros dans le système.

 Je suis très heureux du choix que j’ai fait, mais comment ai-je abouti à l’Université d’Ottawa pour étudier en gestion?

 Trois raisons expliquent pourquoi j’ai choisi de quitter le confort de ma maison et de m’aventurer dans la capitale nationale : 

  Bobby Wong with friends 1. Découvrir une nouvelle ville 

 Quand j’ai commencé à envoyer des demandes d’inscription à des programmes et des écoles, je pensais étudier en science, idéalement dans un endroit loin de chez moi, comme au Royaume-Uni ou en Colombie-Britannique. Après avoir poussé mes recherches, je me suis rendu compte que les programmes scientifiques à l’extérieur de l’Ontario sont trop onéreux pour être envisageables, et j’ai réorienté mes efforts vers des options d'éducation d’un meilleur rapport qualité-prix dans la province.

 La question qui s’est alors posée à moi est la suivante : où devrais-je aller en Ontario, sachant que je ne voulais pas rester près de chez moi?

 

Bobby Wong with a group of young people posing

2. Recommandations d’amis, d’enseignants et d’entraîneurs

Un de mes amis, qui était mon modèle, avait été accepté par des institutions prestigieuses comme Stanford et Wharton, mais il a fini par choisir l’École Telfer. Il m’a parlé du programme de baccalauréat en commerce, m’a dit que Telfer était située dans une ville de taille moyenne offrant de nombreuses possibilités d’emploi et m’a garanti que le coût y était abordable.

 

 

Dès lors, j’ai commencé à penser à Telfer.

Après avoir recueilli l’opinion de quelques amis, de membres de ma famille et d’enseignants – en ce moment charnière de ma vie –, j’ai surtout conclu des réponses de ceux à qui j’avais posé la question que le monde des affaires était mieux adapté à ma personnalité. Et puis, cela m’a paru être une option plus sûre, car en sciences, seuls les résultats scolaires comptent. À peine 3 % des mieux notés passent la barre et sont admis en médecine. 

Même si je ne doutais pas de mes résultats scolaires, pour avoir eu une bonne moyenne, j’ai découvert que les entreprises tiennent davantage compte des valeurs que j’avais à offrir. En affaires, ce n’est pas seulement une question de notes, mais de réseau établi en tant que membre du monde des affaires, de participation à des activités hors programmes qui démontre des compétences en leadership, et de motivation à en faire plus.

À l’époque, j’avais déjà suivi deux cours de comptabilité et un cours sur les valeurs financières. De plus, j’ai eu des fonctions de responsabilité au sein de plusieurs organismes communautaires et j’ai été président d’un organisme de mon école. 

*Groupe du programme Jeunes entreprises en visite dans les bureaux de Mastercard

Grâce à toutes ces expériences, j’ai pu aiguiser mes compétences en marketing, en gestion des relations avec la clientèle, en photographie, en vidéographie, en conception graphique et en entrepreneuriat. Compte tenu de tout cela, si je m’étais lancé en sciences, je n’aurais rien récupéré de ces investissements, mais en commerce, la moitié au moins de mes réalisations allait me rapporter. Dès cet instant, je n’ai plus douté que j’allais faire des études en commerce, et que l’École de gestion Telfer de l’Université d’Ottawa était l’un des meilleurs choix.

 

3. Abordabilité et avantages

Trouver une institution abordable dans une autre ville n’était pas facile. J’ai écouté quelques balados et lu quelques articles pour m’apercevoir, en fin de compte, que ce n’est pas l’établissement qui fait la carrière, mais ce que l’étudiant ou l’étudiante choisit de faire pour sa carrière. 

L’Université d’Ottawa était abordable et le programme concurrentiel. J’étais déjà vendu quand mon ami m’a aussi parlé de la réalité du bilinguisme dans cette ville. Il m’a expliqué que j’allais donc pouvoir apprendre l’administration des affaires dans les quatre prochaines années et, de surcroît, acquérir une nouvelle langue uniquement grâce à mon nouvel environnement.

Quand j’ai finalement dû faire mon choix, j’ai retenu l’Université d’Ottawa parce qu’elle était dans une autre ville, qu’elle était abordable, que je pourrais y apprendre le français et qu’une personne que je respectais s’en portait garant.

Quand j’ai commencé à m’intéresser davantage à Ottawa, j’ai voulu en savoir plus sur la vie estudiantine me suis rendu compte qu’elle allait aussi peser dans mon choix. Je savais que l’équipe d’Enactus était excellente et que j’aurais accès à des compétitions de cas grâce à la participation de l’École Telfer aux activités du RÉFAEC et du CABS.

 

Class picture of young people dressed-up

En fin de compte, je crois avoir fait le meilleur choix et, chose intéressante, ce n’est pas un choix auquel j’avais pensé en partant. L’administration des affaires a fini par être le meilleur programme pour moi, Ottawa est une ville incroyable, qui a une superbe personnalité, et les relations que j’ai établies au sein de l’École Telfer ont rendu mon expérience universitaire encore plus fantastique. Après avoir bien réfléchi avec des amis de ma ville d’origine, je suis heureux de dire que l’Université d’Ottawa est mon équipe.

Tout au long de mes études, je n’ai cessé d’améliorer mon curriculum vitae grâce à des ateliers du Centre des carrières Telfer, je me suis découvert un intérêt pour le travail de consultant dans le cadre du Programme de la profession de consultant en gestion et, plus important encore, j’ai pu me faire quelques-uns de mes meilleurs amis dans les clubs de Telfer. J’ai la chance d’étudier et de travailler pour et avec une collectivité où tout le monde lutte au coude à coude.

Si tu lis ces lignes, que tu te sens, comme je l’ai été, indécis ou indécise, avec plusieurs cordes à ton arc, et que tu n’as aucune idée de ce que tu devrais faire dans les cinq prochaines années, je dirais que l’administration des affaires est un bon point de départ. Si tu veux vivre l’expérience que j’ai vécue, tu dois commencer par cliquer sur « accepter » dans ta demande d’admission au programme Bcom de Telfer, sur le portail OUAC.