par Alex Dalcourt, étudiant de Telfer en 4e année du B.Com.

J’ai presque manqué ma première classe du semestre, j’ai attrapé la grippe et j’ai des cernes qui ont engouffré mes yeux. Pourquoi suis-je donc quand même muni d’un sourire indéfectible? Parce que tout ça, c’est un sacrifice bienvenu puisque j’ai eu le privilège de passer la première fin de semaine de l’année à Montréal aux Jeux du commerce parmi 82 étudiants de Telfer. Le slogan de cette édition des Jeux était de mise : #expérienceJDC – et wow, ce fût toute une expérience!

J’ai fait partie de l’équipe de débat oratoire de la faculté, et bien que nous ne sommes pas ressorti vainqueurs (nous nous sommes inclinés en quart de finale), je suis fier de nous néanmoins. Nous avons pratiqué de manière hebdomadaire depuis le début de l’année académique et nous nous sommes tous améliorés énormément sous la tutelle de notre extraordinaire entraîneuse. 

De même, les présentations des autres équipes de la faculté que j’ai vues (marketing, entrepreneuriat et le cas surprise) étaient toutes formidables. C’est évident que chacun a appris beaucoup de notions pratiques qui seront utiles dans leur carrière future.

Des souvenirs qui valent beaucoup plus qu’un trophée

« Alors Alex », me demandent mes amis, « pourquoi est-ce que cette fin de semaine a été un si grand succès pour toi si tu n’as pas gagné? ». C’est simple : parce que j’ai des souvenirs qui valent beaucoup plus qu’un trophée. (Oui oui, le trophée aurait été un bel ajout, mais bon.)

Cette compétition universitaire est un catalyseur puissant pour des amitiés intra-facultaires, forgées pendant les voyages d’autobus, l’attente dans les chambres d’hôtel, les repas et galas, le manque de sommeil, les blagues qui sont juste drôles à cause dudit manque de sommeil, et j’en passe. Je ressors de cette fin de semaine avec 81 nouveaux amis que j’aurai le plaisir de rencontrer durant et entre mes classes à Desmarais. Je reviens également à la maison avec des chansons comme House Party de Sam Hunt prises dans la tête parce qu’elles ont joué dans l’autobus sans arrêt, avec une connaissance accrue sur l’horoscope grâce à ma nouvelle amie, et avec une meilleure idée d’où se situent les différentes écoles UQuébec dans la fameuse Belle Province.

D’autre part, l’atmosphère de cette compétition, où l’on préconise l’entraide et la collégialité entre les universités participantes, m’a offert l’opportunité unique de tisser des liens avec des gens d’un peu partout dans l’Est canadien – que ce soit à l’UMoncton, à l’École de commerce John Molson, ou encore à ULaval. J’ai eu le privilège de passer le temps avec eux lors des nombreuses heures que nous avons passé en isolation à jouer au loup-garou, au bonhomme pendu, ou encore à un jeu de cartes.

Une compétition, après tout 

Je garderai toujours en tête les débats que j’ai faits avec mon équipe – après tout, cette compétition a un but académique! 

Les sujets étaient parfois un peu obscurs - par exemple un débat sur l’entente entre le Canada et les États-Unis sur les tiers pays sûrs alors que nous n’avions pas d’accès internet pour en découvrir son contenu précis - mais, somme toute, nous nous en sommes sortis pas si mal et j’en suis bien fier. Avec l’analyse critique et les connaissances générales qui ont été gravées en nous pendant notre temps de pratique, nous étions prêts à attaquer presque toutes les résolutions qui risquaient de nous être lancées avec une tête froide et un esprit d’équipe ferré.

Bref, cette compétition d’une grandeur impressionnante (c’est-à-dire qu’environ 1300 personnes y participent, et c’est organisé par des étudiants comme vous et moi) a été un vrai succès d’après moi, autant pour mon équipe que pour la délégation en son entièreté. Alors, suis-je fatigué? En effet! Mais suis-je heureux d’avoir participé aux Jeux du commerce 2020? Ça, c’est certain. La fatigue partira, mais les souvenirs de cette #expérience resteront à jamais.


À propos de l’auteur : 

Nom : Alex Dalcourt
Adresse courriel : Cette adresse courriel est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
LinkedIn
Instagram : @alex.dalcourt

Natif de Hearst, Ontario, Alex Dalcourt est un étudiant en 4e année à l'École de gestion Telfer à l'Université d'Ottawa en sciences commerciales et Juris Docteur. Il travaille présentement en tant que mentor à l'École Telfer ainsi que tuteur à la Faculté de droit de l'Université. D'autre part, il a été co-président de la 16e édition de Place à la jeunesse, une compétition académique gérée à l'École Telfer.