Skip to main content

L’avenir de l’entreprise familiale : 4 stratégies pour une transition réussie

Les entreprises familiales compten parmi les organisations les plus nombreuses dans le monde. Mais l'élaboration des plans de successions est source de complications. (Unsplash)

**Rédigé par Peter Jaskiewicz, Professeur et titulaire de la Chaire de recherche universitaire en entrepreneuriat durable, L'Université d'Ottawa/University of Ottawa, Alfredo De Massis, Professeur en Entrepreneuriat et Entreprise familiale, Université libre de Bozen-Bolzano et Marleen Dieleman, Professeure associé, Stratégie et gouvernance, Université nationale de Singapour. Cet article a d’abord été publié dans La Conversation, un média en ligne d'information et d'analyse de l'actualité indépendant, qui publie des articles grand public écrits par les chercheurs et les universitaires, le 15 avril  2021.
 
 

Nés entre 1981 et 1996, les millénariaux sont plus différents de leurs parents que les deux générations qui ont précédé, montrant un plus grand sens du devoir, une plus grande volonté de déménager à l’étranger et un désir d’explorer de nouvelles possibilités. 

Les parents vieillissants qui possèdent une entreprise familiale se posent donc des questions sur l’avenir de leur entreprise. Les entreprises familiales, parmi les formes d’organisations les plus courantes dans le monde, sont des entreprises détenues ou gérées par un ou plusieurs membres de la famille fondatrice. Il semble toutefois plus difficile de transférer l’entreprise à la génération du millénaire qu’aux générations précédentes. 

Même s’ils sont plus instruits, plus habiles sur le plan technologique et ont une vision planétaire, seulement 4,9 % des millénariaux ont l’intention de prendre la relève de leur entreprise familiale respective, selon une étude menée en 2017

La génération plus âgée doit-elle s’adapter de toute urgence ou doit-elle vendre l’entreprise familiale à des étrangers? Cela dépend. La participation des millénariaux peut revitaliser activement certaines entreprises, améliorant ainsi l’agilité de l’entreprise face aux changements économiques, numériques et sociopolitiques. 

Cependant, comme les millénariaux ont souvent des idées différentes sur la façon de gérer l’entreprise, ils peuvent aussi créer des turbulences inutiles dans la famille et l’entreprise, ce qui laisse entendre qu’ils feraient peut-être mieux d’utiliser leurs talents ailleurs. Nous nous sommes donc demandé quels types de transitions existent et lequel les familles devraient-elles choisir? 

Dans le cadre de notre programme de recherche étalé sur une décennie, nous avons analysé plus de 400 entrevues et conversations avec des membres d’entreprises familiales partout dans le monde. 

Relève assurée par des millénariaux 

Nous avons découvert deux aspects importants aux fins de la relève assurée par des millénariaux : 

  1. Les familles qui cultivent des liens plus étroits tendent vers la collaboration intergénérationnelle, tandis que celles qui ne cultivent pas ces liens tiennent les générations suivantes à l’écart

  1. La souplesse des dirigeants actuels des entreprises familiales a une incidence sur la liberté dont jouissent les millénariaux dans l’entreprise familiale. Les dirigeants moins souples insistent pour maintenir les traditions familiales, tandis que les autres sont plus disposés à modifier le cap établi par les générations précédentes. 

En nous fondant sur ces aspects, nous avons pu faire ressortir, dans le cadre de notre étude, quatre stratégies de transition illustrées ci-après et fondées sur des recherches déjà publiées — revitalisation, renaissance, retrait et exaptation : 

A graph shows four family business transition strategies.

Quatres stratégies de transition pou les entreprises familiales.  Calculs des auteursFournis par les auteurs.

Revitalisation : Célébrer l’héritage familial 

Les familles qui réussissent en adoptant une stratégie de revitalisation ont tendance à favoriser des liens étroits entre les générations et à suivre la tradition familiale. La confiance manifestée entre les générations favorise la collaboration, et les jeunes membres de la famille observent la tradition familiale, sachant qu’ils sont responsables de l’avenir de l’entreprise. 

Cette transition est souvent la plus harmonieuse, appuyée par une gouvernance familiale efficace, qui tire parti des forces de plusieurs générations. Les millénariaux sont encouragés à rester près de la génération aux commandes, même si cela signifie qu’ils doivent renoncer à leurs aspirations personnelles. 

Les membres de la famille qui sont aux commandes peuvent également appuyer les millénariaux dans la poursuite de leurs projets d’entrepreneuriat, dans une mesure acceptable pour la génération qui part à la retraite. Cette stratégie de transition sert de point de repère pour la plupart des propriétaires d’entreprise titulaires. 

Renaissance : Écrire un nouveau chapitre  

Dans certaines familles très unies, des membres aux commandes et des plus jeunes collaborent ouvertement à des décisions d’affaires importantes, faisant en cela preuve d’une grande souplesse. 

Dans ces familles, les millénariaux ont en général tendance à se joindre à leurs parents dans l’entreprise familiale. Les membres de la famille qui sont aux commandes sont plus ouverts aux idées de leur progéniture, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’entreprise, et insistent sur le fait qu’ils ne veulent pas imposer à leurs enfants le fardeau de la gestion de l’entreprise familiale. 

Malgré l’ouverture à la modernité de ces familles, les liens étroits qui les unissent peuvent tout de même les conduire à favoriser la tradition. Cependant, le soutien des membres de la famille aux commandes permet aux millénariaux d’apporter des changements plus radicaux, ce qui peut inclure la transformation de l’entreprise familiale au niveau du modèle d’affaires. 

Le choix de s’éloigner des modèles d’affaires plus traditionnels pour se fixer de nouveaux objectifs peut en fait être le meilleur, même si ces objectifs s’éloignent de la première raison d’être de l’entreprise

Retrait : Le monde est une huître 

On observe souvent cette stratégie dans les familles où règne une faible cohésion intergénérationnelle et où les dirigeants sont plus rigides. Ces derniers ont souvent fait des sacrifices pour la famille et l’entreprise et accordent généralement la priorité aux affaires plutôt qu’à la famille. Les millénariaux sont plus détachés et ne s’identifient peut-être pas étroitement à l’entreprise ou aux autres membres de leur famille. 

Ils ont de nombreuses occasions de partir et peu de raisons de revenir; en fait, beaucoup cherchent à étudier ou à travailler loin de chez eux. 

Placer les besoins des entreprises avant toute autre chose peut imposer un fardeau psychologique à la génération suivante, et ainsi alimenter leur désir de quitter leur famille et son entreprise. Cela oblige les membres de la génération précédente à se démener pour trouver un plan de relève et les pousse à s’accrocher aux traditions familiales. 

A man in suit and tie smiles.Ce comportement peut conduire à des fractures encore plus grandes dans une famille où les liens sont déjà ténus, et il peut parfois être exacerbé par le mauvais rendement de l’entreprise. Ces entreprises peuvent toutefois survivre malgré une très faible participation de la famille en trouvant des gens de l’extérieur capables d’assumer des rôles de premier plan dans l’entreprise. 

 

 

Feu Vittorio Merloni, chef d'Indesit. (Carla Martella)CC BY

Un bon exemple de transition de retrait est celui de la famille italienne Merloni, qui a vendu sa participation majoritaire dans l’entreprise familiale, Indesit, le plus grand producteur d’appareils électroménagers au pays, à Whirlpool pour 758 millions d’euros dans un contexte de rumeurs de désaccords familiaux au sujet de la stratégie à adopter. 

Exaptation : Place au changement!  

Les familles peu unies, mais où les dirigeants font preuve de souplesse, voient souvent leurs enfants essayer de réaliser leurs propres rêves. Une plus grande souplesse parentale réduit la pression sur les millénariaux pour hériter de l’entreprise familiale. 

Motivés par le besoin de prendre du recul et de partir à la retraite, les chefs de famille en poste considèrent l’entreprise comme un outil pour subvenir à leurs besoins et à ceux de la prochaine génération. Ce soutien pourrait faire en sorte que la jeune génération se lance dans de nouvelles activités entrepreneuriales qui ne sont que vaguement liées à l’entreprise d’origine, ou même distinctes de celle-ci. La génération précédente est entièrement d’accord avec cette façon de faire et elle adopte une approche non-interventionniste. 

A young woman sits on the phone in front of an open laptop laughing.

Les plus jeunes membres de la famille peuvent bâtit un héritage novateur pour l'entreprise familiale. (Anna Shvets/Pexels)
 

Les médias décrivent souvent cela comme la fin des dynasties familiales de longue date. Cependant, la jeune génération peut bâtir un héritage différent, mais tout aussi enviable. La distance entre les générations permet aux millénariaux de poursuivre des projets selon leurs propres conditions, mais souvent avec le soutien des parents, transformant ainsi l’héritage familial en quelque chose d’entièrement nouveau

Toutes les familles sont différentes 

Chaque famille est différente : certaines sont unies, d’autres sont moins proches, et d’autres encore sont dysfonctionnelles. De plus, les chefs d’entreprise familiale diffèrent également : certains font preuve de souplesse, et d’autres sont plus rigides. 

La transmission de l’entreprise familiale traditionnelle à un millénarial, ce que nous appelons la stratégie de revitalisation, n’est pas nécessairement la meilleure. Nous soutenons que l’imposition d’une transition qui ne correspond pas aux caractéristiques de la famille et du chef risque davantage d’alimenter les conflits et, en fin de compte, d’échouer. 

D’autres options, comme la renaissance ou le retrait, ne permettent pas toujours de garder l’entreprise dans la famille, mais elles peuvent constituer un choix plus sage et pourraient contribuer plus positivement à l’héritage de la famille et à la société en général.